Nouveaux arrivages de la LCBO – 27 octobre 2012

J’ai dégusté récemment une sélection de produits qui seront disponibles via la section Vintages (où sont vendus les produits plus « haut de gamme ») de la Liquor Control Board of Ontario (LCBO) à partir du 27 octobre 2012, commentés ci-dessous. Cette liste n’est pas exhaustive : la liste complète des produits est accessible via le site web de la LCBO.
 
Tous les prix inscrits ci-dessous sont pour des bouteilles de 750 ml, à moins d’indication contraire, et sont arrondis au dollar près. Certaines de ces fioles sont également disponibles à la Société des Alcools du Québec (SAQ) : le prix y est indiqué avec le code SAQ. La mention « nd » indique soit que le produit sera disponible sous peu à la SAQ et que le prix n’était pas confirmé au moment de la publication de cette chronique, ou alors un autre millésime du même produit est présentement sur les tablettes de la SAQ.
 
Préférablement, vous devriez vérifier la disponibilité des produits avant de vous déplacer à votre succursale puisque les quantités sont parfois limitées.
 
Je vous invite à porter une attention particulière à mes Coup de cœur blanc et Coups de cœur rouge parmi les nouveaux arrivages du 27 octobre.
 
 

Mon système de notation sur une échelle de 20 points se définit comme tel :

0-10 points — le vin affiche un défaut évident – en règle générale, je ne commente pas ces vins sur mon blog.

11-14 points — le vin est quelque peu déficient au plan qualitatif; malgré cela, si le prix vous convient, il peut vous apporter du plaisir.

15-16 points — cuvée bien vinifiée qui mérite votre attention si le prix vous convient.

17-18 points — cuvée hautement recommandable peu importe la plage de prix.

19-20 points — fabuleuse expérience bachique qui génère des émotions et qui laisse des souvenirs indélébiles.


Vins blancs

FRANCE

 Pouilly-Fuissé « Sur La Roche » 2009, Michel Delorme, Bourgogne (30 $) – Voilà un sublime chardonnay structuré, équilibré et élancé. Parfumé à la pomme verte et ponctué de succulentes notes minérales et beurrées, ce bourguignon charme par son élégance et sa race. Quelle belle expression du terroir! Il s’impose comme mon Coup de cœur blanc parmi les nouveaux arrivages du 27 octobre. 18/20

Pessac-Léognan 2009, Château de Cruzeau, Bordeaux (28 $ / nd SAQ) – Cet assemblage typiquement bordelais de sauvignon blanc et de sémillon se démarque par ses odeurs enchanteresses de citron et de pamplemousse rose. Appuyée d’une acidité pondérée, la bouche est épurée et nette, affichant un savoureux centre de fruit croquant qui se poursuit allégrement jusqu’à une finale rehaussée de rafraîchissantes tonalités de pamplemousse rose. Cette fiole mise sur la pureté du fruit et une droiture au palais incontestablement séduisante. Plaisir garanti. 17/20

Costières de Nîmes « Cuvée Tradition » 2011, Mas des Bressades, Vallée du Rhône (15 $ / 16 $ SAQ) – Cet assemblage réussi de grenache blanc, de roussanne, de marsanne et de viognier révèle un bouquet infusé au fruit jaune à noyau traversé d’un fin filet minéral, le tout se prolongeant langoureusement au palais sur un ensemble superbement crémeux. Ce vin magnifiquement net et texturé se distingue par la finesse de ses saveurs et sa personnalité pleine d’assurance. Un beau vin d’appellation. 17/20

NOUVELLE-ZÉLANDE

Sauvignon Blanc 2011, Kim Crawford, Marlborough (10 $ pour 375 ml / 10 $ SAQ) – Cette délicieuse fiole révèle un nez séducteur où se chevauchent des parfums d’agrumes et d’herbe fraîchement coupée. La bouche, harmonieuse et rafraîchissante, est relevée d’une vive acidité, ce qui donne au vin une poigne du tonnerre. Le tout se poursuit sur une glorieuse finale aux jolis échos des arômes. 16/20


Vins rouges

AFRIQUE DU SUD

Cabernet Sauvignon 2009, Meerlust, Stellenbosch (29 $) – Le bouquet de cet attrayant « cab » dévoile un délectable profil aromatique porté sur le cassis et le chêne toasté. Moyennement corsé, modérément tannique et de style indéniablement sud-africain avec sa finale « brûlée », ce Meerlust affiche un ensemble équilibré, soigné et très persistant. Cette sérieuse cuvée sud-africaine, débordante de personnalité, est un bel exemple de l’excellent niveau qualitatif dont est capable l’Afrique du Sud. Hautement recommandable. 17/20

CHILI

Cabernet Sauvignon « Reserva de Familia » 2009, Santa Carolina, Vallée de Maipo (18 $) – À l’olfactif, on découvre des parfums typiques de prune, de groseille et de grillé bien dosé. La bouche, friande, moyennement corsée et modérément tannique, révèle une honorable allonge des saveurs. Se distinguant par ses proportions classiques et la qualité irréprochable de sa matière fruitée, ce vin s’avère une belle introduction au cabernet sauvignon « version chilienne », tout en offrant un rapport qualité-prix supérieur. 16/20

FRANCE

Morgon 2009, Château des Jacques (Louis Jadot), Beaujolais (24 $ / nd SAQ) – Morgon compte parmi l’un des dix crus du Beaujolais et produit des vins à base du cépage gamay; les crus du Beaujolais sont typiquement plus structurés et plus élégants que les Beaujolais génériques. Cette délectable fiole de Jadot se démarque par ses senteurs de framboise agrémentées d’accents de groseille noire, de gibier et de rose. Au palais, on se laisse séduire par un vin frais et plutôt léger, sans qu’il soit dénué de matière ni d’expression aromatique, aux jolis rappels fruités en finale. Voilà une cuvée de choix pour (re)découvrir cette appellation mésestimée. 18/20

Haut-Médoc 2009, Château Sénéjac, Bordeaux (29 $ / 27 $ SAQ) – Le bouquet de ce bordelais est doté de parfums de groseille noire et de grillé bien dosé, lesquels s’étalent sur une bouche structurée et droite, encadrée de tanins un peu sévères pour le moment. Encore terriblement ancré dans sa jeunesse, ce vin issu « d’un millésime du siècle » mérite une garde au cellier d’au moins cinq ans; c’est alors qu’il dévoilera tous ses secrets. 17/20

Côtes-du-Rhône « Saint-Esprit » 2010, Delas, Vallée du Rhône (16 $) – Le nez de cette cuvée rhodanienne est porté sur les petits rouges, traversé d’un filet de violette et d’alcool. Moyennement corsé et modérément tannique, cette syrah assemblée avec un peu de grenache dévoile une matière friande, une texture fraîche et du tonus au palais. Un bon vin de tous les jours. 15/20

GRÈCE

Grande Réserve 2006, Cavino, Nemea (15 $) – Cette fiole à base du cépage indigène agiorgitiko exhale de douces odeurs de cerise accentuées de tonalités florales. Le palais, à la fois sec et dodu, révèle une belle matière fruitée et une fine trame tannique. L’agiorgitiko est, selon moi, un cépage méconnu qui mérite amplement d’être découvert et qui, d’autant plus, aide à renforcer la réputation d’excellence de l’industrie vinicole grecque. 15/20

ITALIE

 Brunello di Montalcino 2007, Fattoi, Toscane (35 $) – Le bouquet enchanteur de ce magnifique vin de sangiovese est parsemé d’arômes avenants de baies des champs, ponctués de discrètes notes fumées. Il déploie en bouche une belle fraîcheur et des tanins granuleux. Sa structure à la fois solide et élégante le promet à un long et bel avenir bien qu’il soit d’ors et déjà accessible. Voilà une interprétation irréprochable du Brunello : j’en fais ainsi mon Coup de cœur rouge parmi les nouveaux arrivages du 27 octobre. 18/20

Solaia 2009, Antinori, Toscane (252 $ / 247 $ SAQ) – Antinori est l’un des vignerons les plus respectés d’Italie, sinon du monde, et son Solaia est l’un de ses produits haut de gamme. Composé surtout de cabernet sauvignon, assemblé avec 20 % de sangiovese et 5 % de cabernet franc, le Solaia a été « déclassé » de la catégorie DOC (Denominazione di Origene Contrallata) parce qu’il est vinifié principalement avec un cépage français; il doit ainsi afficher sur son étiquette la nomination moins prestigieuse d’IGT (Indicazione Geografica Tipica). Cela importe peu, le Solaia étant considéré un « Super-Toscan », un surnom donné à ces vins « non-conformistes » mais qui dévoilent un niveau qualitatif mondialement reconnu. La version 2009 du Solaia est superbement infusée à la prune, à la cerise, à la myrtille et au chêne judicieusement grillé. La bouche moyennement corsée est appuyée de tanins fins mais encore juvéniles. Voilà un vin de qualité remarquable et à l’aube de sa longue vie; il est néanmoins réservé aux riches collectionneurs d’étiquettes prestigieuses. 18/20

NOUVELLE-ZÉLANDE

Pinot Noir « Jane Hunter » 2010, Hunter’s, Marlborough (22 $) – Ce pinot noir semble délicatement aromatisé à la framboise et imprégné d’un soupçon de cuir animal. Léger, sans toutefois être dénué de matière, et saupoudré de tanins fondus, ce pinot noir néo-zélandais s’avère rassasiant dans l’ensemble et convivial à la table. 17/20

Syrah « The Barnstormer » 2010, Alpha Domus, Hawkes Bay (23 $) – Le nez très volubile de cette syrah met en relief la qualité indéniable de son fruit. Son nez charmeur explose de senteurs de groseille, de poivre noir moulu et d’encens. La bouche, merveilleusement ficelée, se termine sur des réminiscences prononcées de poivre noir. Quelle belle découverte! 16/20


Vins mousseux

FRANCE

Brut Grand Vintage 2002, Moët & Chandon, Champagne (82 $ / nd SAQ) – Arborant une couleur profondément dorée et une mousse de bonne densité, ce Champagne, issu d’un superbe millésime, séduit d’emblée avec ses riches émanations de compote de pomme et de pâtisserie. La bouche, moyennement corsée et d’une excellente allonge, révèle un tempérament distingué, une précision exemplaire des saveurs et, en bout de ligne, un charme fou. Une référence incontournable en matière de grand Champagne millésimé. 18/20


Cet article, publié dans Notes de dégustation, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.