Nouveaux arrivages de la LCBO – 15 septembre 2012

J’ai dégusté récemment une sélection de produits qui seront disponibles via la section Vintages (où sont vendus les produits plus « haut de gamme ») de la Liquor Control Board of Ontario (LCBO) à partir du 15 septembre 2012, commentés ci-dessous. Cette liste n’est pas exhaustive : la liste complète des produits est accessible via le site web de la LCBO.
 
Tous les prix inscrits ci-dessous sont pour des bouteilles de 750 ml, à moins d’indication contraire, et sont arrondis au dollar près. Certaines de ces fioles sont également disponibles à la Société des Alcools du Québec (SAQ) : le prix y est indiqué avec le code SAQ. La mention « nd » indique soit que le produit sera disponible sous peu à la SAQ et que le prix n’était pas confirmé au moment de la publication de cette chronique, ou alors un autre millésime du même produit est présentement sur les tablettes de la SAQ.
 
Préférablement, vous devriez vérifier la disponibilité des produits avant de vous déplacer à votre succursale puisque les quantités sont parfois limitées.
 
Je vous invite à porter une attention particulière à mes Coup de cœur blanc et Coups de cœur rouge parmi les nouveaux arrivages du 15 septembre.
 
 

Mon système de notation sur une échelle de 20 points se définit comme tel :

0-10 points — le vin affiche un défaut évident – en règle générale, je ne commente pas ces vins sur mon blog.

11-14 points — le vin est quelque peu déficient au plan qualitatif; malgré cela, si le prix vous convient, il peut vous apporter du plaisir.

15-16 points — cuvée bien vinifiée qui mérite votre attention si le prix vous convient.

17-18 points — cuvée hautement recommandable peu importe la plage de prix.

19-20 points — fabuleuse expérience bachique qui génère des émotions et qui laisse des souvenirs indélébiles.


Vins blancs

ÉTATS-UNIS

♥ Chardonnay, Sonoma County 2010, Sebastiani, Californie (18 $ / 19 $ SAQ) – Le bouquet de cette joyeuse cuvée est doté de doux parfums de pomme Granny Smith croquante, relevés de judicieuses tonalités grillées. Au palais, on découvre un vin harmonieux et net, dont les saveurs modérément charnues se concluent sur une finale volubile. Le filet d’alcool en milieu de bouche, pas du tout désagréable, nous rappelle que ce vin a été élevé sous un climat chaud. Pour son côté franc et sans fioritures de même que son rapport qualité-prix supérieur, j’en fais mon Coup de cœur blanc parmi les nouveaux arrivages du 15 septembre. 17/20

FRANCE

Meursault 2009, Domaine Michel Caillot, Bourgogne (43 $) – Ce chardonnay bourguignon semble aromatisé à la pomme verte accentuée d’un charmant filet d’amande blanchie. La bouche, moyennement corsée et superbement structurée, révèle un début de profondeur. Si j’étais vous, je patienterais un peu avant de déguster ce vin : d’ici trois ans, il se sera grandement bonifié et il aura davantage de profondeur. 17/20

Sancerre 2011, Roland Tissier & Fils, Loire (21 $) – Ce sauvignon blanc se distingue par son bouquet d’agrumes frais et de pierre, ponctué de notes de fines herbes grillées. Les saveurs, expressives et nettes, sont appuyées d’une franche acidité si typique au cépage, laquelle donne une impression de fraîcheur en bouche. Voilà une belle représentation des vins de Sancerre. 16/20

Sauvignon 2011, Domaine Jacky Marteau, Loire (13 $) – Cet autre sauvignon blanc se reconnaît au nez à ses effluves très bavards de pamplemousse blanc et de poussière de pierre. Au palais, ce franc ligérien déborde de vivacité. À ce prix, il est difficile de lui résister. 15/20


Vins rouges

AFRIQUE DU SUD

Pinotage « Phanto Ridge » 2009, Robertson Winery, Robertson (19 $ / nd SAQ) – Ce savoureux pinotage est porté sur la cerise et les fleurs sauvages, accentuées par un exquis soupçon d’encens. Le palais révèle un ensemble sec, expressif et merveilleusement volubile. Le Phanto Ridge est un très bon vin de tous les jours. Le pinotage est une spécialité sud-africaine : créé en 1925, il est le résultat du croisement génétique entre le cinsault et le pinot noir.  16/20

CANADA

♥ Pinot Noir « County Unfiltered » 2010, Norman Hardie, Prince Edward County (35 $ / nd SAQ) – Le bouquet de ce succulent pinot noir évoque la framboise et le pétale de rose. La bouche, friande et harmonieuse, dévoile une trame tannique finement tissée et une honorable allonge des saveurs. L’ensemble est joliment façonné et d’une grande précision aromatique. Il s’impose comme mon Coup de cœur rouge parmi les nouveaux arrivages du 15 septembre, en partie parce que c’est un très bon vin, mais aussi pour souligner le travail gargantuesque qui a été fait par les vignerons-artisans du Prince Edward County pour élever des vins de qualité. 17/20

Pinot Noir, Claystone Terrace 2010, Le Clos Jordanne, Péninsule du Niagara (35 $ / nd SAQ) – Ce pinot noir ontarien est dominé par la griotte et la fraise, complexifié par une subtile touche de cuir tanné. La bouche, tout en équilibre, révèle des tanins nobles, une bonne allonge des saveurs et une finale nette et élégante. Un beau spécimen des vins du Niagara. 17/20

Baco Noir Reserve 2010, Henry of Pelham, Péninsule du Niagara (25 $) – L’édition 2010 est encensée à la mûre, à la groseille, au bleuet et au chêne grillé bien dosé, le tout se poursuivant sur un palais plutôt charnu et enveloppé de tanins grassouillets. C’est un vin gouleyant et facile d’approche. Le baco noir est un cépage hybride français répandu dans l’est du Canada et des États-Unis; créé en 1894, il est issu d’un croisement entre une vigne vitis vinifera (la folle blanche) et une autre de la famille vitis riparia (non identifiée) qui s’adapte mieux aux rigueur de notre climat. Le nom du cépage est un hommage à François Baco, un pépiniériste français de la fin du 19e siècle. 15/20

Domaine Henry of Pelham

CHILI

Carmenère Gran Reserva 2009, In Situ, Vallée de l’Aconcagua (17 $) – Voilà une rassasiante fiole chilienne, aux parfums attrayants de groseille et de grillé, ponctués de tonalités de fer, de sang et de violette. La bouche déroule des saveurs généreuses et précises, lesquelles sont appuyées de tanins nobles mais encore un peu juvéniles. Ce vin est une belle représentation du carmenère, un cépage d’origine française mais réellement une spécialité chilienne. 16/20

ESPAGNE

Reserva 2007, Bodegas LAN, Rioja (21 $ / nd SAQ) – Marquée par des arômes de cerise et d’orge, cette cuvée moyennement corsée dévoile en bouche des tanins dodus et une acidité équilibrante, le tout se concluant sur une finale pleine et vibrante. Ce vin de tempranillo déjà prêt à boire restera à son apogée pendant au moins une décennie. 16/20

FRANCE

Gevrey-Chambertin « Les Evocelles » 2009, Henri de Villamont, Bourgogne (43 $) – Cet excellent bourguignon exhibe des arômes de framboise et de canneberge rehaussés d’accents de pétale de rose séché. La bouche révèle une heureuse matière fruitée et des tanins fins. Le vin est néanmoins un peu sur la réserve; il serait ainsi judicieux de le conserver en cave pour au moins cinq ans. Il se révèlera alors grandiose. 17/20

Minervois 2010, Château Millegrand, Languedoc-Roussillon (17 $) – Cette joyeuse concoction de syrah, de mourvèdre, de grenache et de carignan respire les petits fruits rouges des champs et la pierre calcaire. La bouche, ample et d’une belle fraîcheur, révèle une grande pureté du fruit qui se poursuit harmonieusement sur une structure équilibrée jusqu’à la délicieuse finale sculptée avec doigté. Un très beau Minervois qui en offre beaucoup pour le prix. 17/20

ITALIE

Brunello di Montalcino 2006, Collosorbo, Toscane (50 $) – Ce vin de sangiovese est une belle représentation du brunello traditionnel. Son bouquet complexe évoque les petits fruits rouges et la prune, entrelacés d’un élégant filet de terre sèche et de noix concassée. En bouche, ce brunello plutôt léger mais expressif révèle un corps élancé, des tanins nobles et des proportions très classiques. Ce superbe toscan est promis à un long et bel avenir. 18/20

Gattinara 2006, Travaglini, Piémont (30 $ / nd SAQ) – Le nez de cette fiole composée de nebbiolo est dominé par la cerise légèrement fumée. Léger sans être dénué de matière, ce piémontais dévoile des tanins imposants (typiques au cépage) et une belle allonge des saveurs. Les tanins requièrent que le vin soit servi avec de la nourriture afin de les amadouer; une fois les tanins gommés, on se laisse charmer par la solide structure du vin et son beau fruit. 17/20

Perdera 2009, Argiolas, Sardaigne (18 $ / 14 $ SAQ) – Voilà une cuvée inusitée à base de monica di Sardegna, un cépage cultivé par une poignée de viticulteurs en Sardaigne. Le résultat est un vin évoquant surtout la griotte et un bouquet de fleurs coupées, lesquels se transposent au palais sur un ensemble plutôt léger mais expressif et encadré d’une trame tannique finement ciselée. Voilà un vin amical qui se démarque par son côté original et authentique. 16/20

Chianti Classico Riserva « Rocca Guicciarda » 2008, Barone Ricasoli, Toscane (25 $ / nd SAQ) – Marqué par des arômes de prune, de mûre, de noyau de cerise, de café et de chêne grillé, ce sangiovese dévoile une personnalité conviviale et moderne qui cherche à séduire un large auditoire. La bouche, friande, gourmande et supportée par une judicieuse trame tannique, se prolonge sur une finale juteuse et plantureuse. Ricasoli nous offre ici un Chianti rassasiant et prêt à boire, mais qui se bonifiera tout de même avec le passage du temps. 16/20

Le baron Bettino Ricasoli (1809 – 1880) : il fut politicien, chercheur et entrepreneur de même qu’un inlassable promoteur des vins de Chianti.


Vins liquoreux

ESPAGNE

Floralis Moscatel Oro, Miguel Torres (17 $ pour 500 ml) – Ce vin liquoreux composé du cépage muscat est vêtu d’une robe ambrée qui précède un nez dominé par l’orange et ponctué de subtiles tonalités de fraise. Au palais, on retrouve les mêmes échos qu’au nez, enveloppés d’un moelleux voluptueux et équilibré. Les saveurs moyennement corsées se prolongent langoureusement jusqu’à un finale potelée et persistante. 16/20

FRANCE

Banyuls 2009, Chapoutier, Languedoc-Roussillon (20 $ pour 500 ml / nd SAQ) – Le Banyuls, à base de grenache noir, est un vin de dessert par excellence. La robe de cette édition 2009 de Chapoutier affiche une profonde couleur rubis qui trahit la jeunesse du vin. L’analyse olfactive révèle un bouquet infusé à la cerise noire, à la prune de Damas et aux grains de café torréfiés, traversé d’un somptueux filet d’épices à gâteau. En bouche, ce nectar copieux dévoile un beau centre moelleux et des saveurs opulentes qui se marient merveilleusement bien avec le chocolat noir. 17/20

HONGRIE

Tokaji Aszú 5 Puttonyos 2007, Royal Tokaji, Tokaj-Hegyalja (20 $ pour 250 ml / nd SAQ) – Le tokaji, peu connu du grand public, est une légende auprès des connaisseurs. On lui attribue d’ailleurs le titre « vin des rois et roi des vins ». La robe lumineuse et profondément cuivrée de ce liquoreux hongrois précède un nez magnifiquement odorant qui évoque les agrumes confits, la cire d’abeille, le miel de trèfle et le zeste d’orange. Au palais, un moelleux superbement insistant et une acidité magnifiquement franche se côtoient sur des notes de citron confit et de zeste d’orange jusqu’à une finale interminable. 19/20

Cet article, publié dans Notes de dégustation, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.