Nouveaux arrivages de la LCBO – 9 juin 2012

J’ai dégusté récemment une sélection de produits qui seront disponibles via la section Vintages (où sont vendus les produits plus « haut de gamme ») de la Liquor Control Board of Ontario (LCBO) à partir du 9 juin 2011, commentés ci-dessous. Cette liste n’est pas exhaustive : la liste complète des produits est accessible via le site web de la LCBO.
 
Tous les prix inscrits ci-dessous sont pour des bouteilles de 750 ml, à moins d’indication contraire, et sont arrondis au dollar près. Certaines de ces fioles sont également disponibles à la Société des Alcools du Québec (SAQ) : le prix y est indiqué avec le code SAQ. La mention « nd » indique soit que le produit sera disponible sous peu à la SAQ et que le prix n’était pas confirmé au moment de la publication de cette chronique, ou alors un autre millésime du même produit est présentement sur les tablettes de la SAQ.
 
Préférablement, vous devriez vérifier la disponibilité des produits avant de vous déplacer à votre succursale puisque les quantités sont parfois limitées.
 
Je vous invite à porter une attention particulière à mes Coup de cœur blanc et Coups de cœur rouge parmi les nouveaux arrivages du 9 juin.
 
 

Mon système de notation sur une échelle de 20 points se définit comme tel :

0-10 points — le vin affiche un défaut évident – en règle générale, je ne commente pas ces vins sur mon blog.

11-14 points — le vin est quelque peu déficient au plan qualitatif; malgré cela, si le prix vous convient, il peut vous apporter du plaisir.

15-16 points — cuvée bien vinifiée qui mérite votre attention si le prix vous convient.

17-18 points — cuvée hautement recommandable peu importe la plage de prix.

19-20 points — fabuleuse expérience bachique qui génère des émotions et qui laisse des souvenirs indélébiles.


Vins blancs

CHILI

Sauvignon Blanc « Tributo Single Vineyard » 2011, Caliterra, Vallée de Leyda (15 $ / 13 $ SAQ) – Cette fiole peu colorée révèle un bouquet extraverti d’où émanent des parfums de pamplemousse blanc, de citron, d’herbe fraîchement coupée et de piment jalapeño. Le tout se déroule en bouche sur un ensemble rassasiant et soutenu par une acidité pondérée. Voilà un bon sauvignon blanc d’entrée de gamme; à la fois franc, bavard et décontracté, il offre par dessus tout un bon rapport qualité-prix. 16/20

ÉTATS-UNIS

 Chardonnay Reserve, Russian River Valley 2009, Simi, Californie (32 $) – Doté d’une palette aromatique volubile aux dominantes de pomme verte chevauchée de judicieuses notes grillées et beurrées, ce chardonnay ample et sphérique est bâti sur une structure élancée et élégante. Il brille par sa plénitude, son harmonie d’ensemble et l’excellente allonge de ses saveurs. Une grande réussite californienne. La fraîcheur de l’appellation Russian River Valley y est d’ailleurs pour quelque chose : elle est très propice à la culture de la vigne et elle est, selon moi, l’une des meilleures zones viticoles en Californie. Je fais de ce petit bijoux mon Coup de cœur blanc parmi les nouveaux arrivages du 9 juin. 19/20

FRANCE

Gewürztraminer 2010, Jean Geiler, Alsace (18 $) – Affichant une expression aromatique exubérante, cette cuvée séduit par ses envoûtantes odeurs de litchi, de raisin vert et de fruits exotiques saupoudrés d’épices et d’huile de sésame. D’une richesse et d’une fraîcheur remarquables, ce gewürztraminer vinifié dans un style mûr dévoile des saveurs amples et moyennement corsées qui perdurent très longtemps au palais. Beaucoup de plaisir à peu de frais. 17/20

GRÈCE

Santorini 2010, Boutari & Fils, Santorini (16 $ / nd SAQ) – Voilà une belle représentation du cépage indigène assyrtiko avec ses douces senteurs de minéral, de poire hachée et de citron. En bouche, on retrouve de bons échos des arômes, lesquels s’étalent avec aisance sur un ensemble sec, léger et élégant. Une texture ronde et somptueuse se prolonge jusqu’à la finale délicieusement minérale. L’assyrtico est considéré comme l’un des meilleurs cépages blancs de la Grèce et cette version est vinifiée pour plaire. 16/20

NOUVELLE-ZÉLANDE

Sauvignon Blanc « Jane Hunter » 2011, Hunter’s, Marlborough (20 $) – Ce sauvignon blanc se reconnaît au nez à ses parfums très odorants de lime, de kiwi, d’herbe fraîchement coupée et d’asperge. Au palais, le vin est gorgé d’un fruité tendre et juteux, appuyé d’une acidité tonifiante qui procure fraîcheur à l’ensemble. 16,5/20


Vins rouges

AFRIQUE DU SUD

« Merlot with a dash of Malbec » 2009, Bellingham, Coastal Region (15 $) – Cette fiole sud-africaine exhibe de sympathiques odeurs de cerise et de prune noire accentuées d’accents « brûlés » si typiques à l’appellation. Moyennement corsée et modérément tannique, la cuvée dévoile un profil gustatif généreux et beaucoup de panache. Un bon vin de tous les jours. 16/20

ARGENTINE

Tempranillo « Q », Santa Rosa Vineyards 2008, Zuccardi, Mendoza (20 $ / nd SAQ) – Le tempranillo, le cépage-roi de la Rioja, n’est cultivé que marginalement en Argentine. Cette cuvée, issue de vignes d’une quarantaine d’années, est portée sur la griotte entrelacée d’une plaisante touche florale et grillée. En bouche, le vin s’étale sur une structure moyennement corsée et encadrée de tanins fins mais un peu secs. Un fiole pour la table. 16/20

La Familia Zuccardi

José Alberto and Sebastián Zuccardi, deux des personnalités les plus influentes dans le monde du vin argentin

CHILI

Carmenère Reserva 2009, Mayu, Vallée d’Elqui (18 $) – Le carmenère est à l’origine un cépage français, mais il s’avère aujourd’hui être aussi une spécialité chilienne. Mayu nous présente ici une version dotée d’heureux effluves de groseille, de cassis et de rafle, traversés d’un fin filet épicé et torréfié. La bouche, moyennement corsée et modérément tannique, explose de saveurs friandes qui persistent jusqu’à une finale épicée et amicale. Ce vin s’avère une belle introduction au carmenère chilien et un bon rapport qualité-prix. 16,5/20

The Lost Barrel 2008, Oveja Negra, Vallée de Maule (25 $) – Ce judicieux assemblage de syrah (40 %), de carignan (40 %), de carmenère (18 %) et de petit verdot (2 %) respire la groseille, le bleuet, le cassis et le grillé bien dosé, le tout ponctué de belles tonalités mentholées. Au palais, on retrouve cette même complexité au plan des saveurs; le vin est peut-être un peu sur la retenue mais sans surmaturité du fruit et équilibré par une trame tannique bien ficelée. 15/20

ÉTATS-UNIS

Napanook, Vallée de Napa 2008, Dominus (Christian Moueix), Californie (61 $ / 59 $ SAQ) – Cette délicieuse cuvée californienne s’avère d’emblée plaisante à l’olfactif avec ses généreuses senteurs de mûre, de groseille et de grillé insistant. On retrouve au palais cette même générosité aromatique, laquelle s’étale avec grâce sur une structure solide et maîtrisée. Les saveurs corsées et harmonieuses sont appuyées de tanins mûrs qui apportent de la texture. Un peu dispendieux quand même. 16,5/20

FRANCE

Beaune 1er Cru « Les Avaux » 2009, Louis Jadot, Bourgogne (53 $) – Le bouquet séduisant de ce grandiose cru bourguignon semble assaisonné de petits fruits des champs qui s’étalent sur un fond subtilement floral. Au palais, ce pinot noir tout à fait exquis se signale par son caractère épanoui et fin, son élégance racée et ses courbes sensuelles. Je conseille toutefois de patienter : cette cuvée révèlera tous ses secrets après une garde d’au moins sept ou huit ans. 17/20

Fitou « Le Tauch » 2009, Mont Tauch, Languedoc-Roussillon (20 $) – Cette succulente fiole du Midi de la France, une concoction très réussie de syrah, de carignan et de grenache, est relevée de parfums de petites baies rouges rehaussées d’accents de garrigue et de fleurs. La bouche, friande et moyennement corsée, révèle des tanins nobles et une excellente allonge des saveurs. L’ensemble est joliment façonné et déborde de vitalité. Un vin languedocien digne de mention et un bon rapport qualité-prix. 17/20

Coteaux du Languedoc – Montpeyroux « Grand Terroir » 2009, Gérard Bertrand, Languedoc-Roussillon (19 $) – Ce charmant assemblage composé surtout de syrah et de grenache exhibe un bouquet évocateur aux senteurs de baies sauvages, de prune rouge, de fleurs de cerisier et de garrigue. La bouche, bien sculptée, dévoile des tanins équilibrés et un petit côté exotique qui n’est pas sans déplaire. 16/20

Vacqueyras « Le Clos » 2007, Clos Montirius, Vallée du Rhône (29 $ / 25 $ SAQ) – Le Clos, un vin bio et un assemblage en parts égales de syrah et de grenache, a certainement bénéficié de conditions climatiques favorables. Son nez merveilleusement engageant exhale des parfums évoquant la prune, les petits fruits rouges et l’écurie. Une trame tannique finement tissée enveloppe sensuellement une matière judicieusement fruitée qui se conclut sur une finale chaleureuse. 16/20

ITALIE

 Barolo « Serralunga d’Alba » 2007, Fontanafredda, Piémont (30 $ pour 500 ml / 40 $ pour 750 ml @ SAQ) – Ce magnifique barolo révèle un bouquet évocateur aux arômes de griotte ponctués de tonalités de pétale de rose et de menthe, lesquelles apportent une dimension supplémentaire au vin. Le palais, d’un grand raffinement, est rehaussé de tanins nobles mais encore indisciplinés, lesquels encadrent une structure soignée et maîtrisée. Encore profondément ancré dans sa jeunesse, ce nebbiolo est néanmoins déjà plaisant et plein de promesses;, une garde de quelques années lui permettra toutefois d’acquérir davantage de sagesse et de profondeur. Ce grand cru piémontais s’impose comme mon Coup de cœur rouge parmi les nouveaux arrivages du 9 juin. 18/20

Logo de la maison Fontanafredda

Amarone della Valpolicella Classico « Le Pezze » 2008, Farina, Vénétie (34 $ / 33 $ SAQ) – Cet assemblage de corvina, de rondinella et de molinara est parfumé à la groseille, à la framboise et au grain de café torréfié, rehaussés d’un somptueux soupçon floral et noisetté. Cette cuvée moyennement corsée s’avère moins mûre et dense que beaucoup d’autres amarones, ce qui en fait un vin convivial à la table. Ses succulentes saveurs sont appuyées de tanins dodus, le tout se concluant gracieusement sur une longue finale aux notes délicieusement torréfiées. 17/20

Valpolicella Ripasso « Torre del Falasco » 2009, Cantina Valpantena, Vénétie (17 $) – Le nez, invitant, regorge de doux arômes de prune, de cerise mûre et de torréfaction ponctués de notes de tabac séché et de boîte à épices. La bouche, modérément charnue et appuyée d’une trame tannique souple, dévoile de gouleyantes saveurs qui s’étalent langoureusement jusqu’à la finale divinement épicée. 17/20

Chianti Riserva 2007, Rocca delle Macìe, Toscane (16 $ / nd SAQ) – Ce succulent Chianti composé principalement de sangiovese (avec un peu de cabernet sauvignon et de merlot) exhale d’amples élans aromatiques portés sur la cerise fraîche et accentués de séduisants soupçons de fleurs fraîchement cueillies. La bouche, pourvue d’une structure élégante et d’une trame tannique tissée serrée, se distingue par sa fraîcheur de même que la précision et la netteté de ses saveurs. Voilà un chianti éminemment racoleur et un modèle de plénitude pour un vin de cette gamme de prix. 17/20

Chianti Classico 2008, Castello di Brolio (Barone Ricasoli), Toscane (60 $ / nd SAQ) – Cet autre excellent Chianti semble aromatisé à la cerise et saupoudré de noix de Brésil concassées et de fleurs sauvages. En bouche, on se laisse charmer par une matière fruitée plantureuse, une heureuse acidité et des tanins judicieusement dosés mais encore juvéniles. Un beau sangiovese bâti pour la garde, mais dont le prix me semble artificiellement gonflé. 16/20


Vins liquoreux

HONGRIE

Tokaji Aszú 3 Puttonyos 2005, Pannon, Tokaj-Hegyalja (22 $ pour 500 ml) –Vêtu d’une magnifique robe profondément dorée aux chatoyants reflets cuivrés, ce délicieux nectar explose de senteurs d’abricot mûr, de marmelade maison et de citron frais, le tout enveloppé d’un succulent voile de botrytis, ce noble champignon qui concentre les sucres du raisin. Au palais, on se laisse séduire par une structure moelleuse insistante relevée d’une noble et saine acidité; l’ensemble sculpté d’une main de maître se poursuit allègrement jusqu’à une finale très, très persistante. On peut commencer à boire cet Aszú dès maintenant, mais il continuera sa belle évolution pendant au moins deux décennies. 17/20

Cet article, publié dans Notes de dégustation, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.