Nouveaux arrivages de la LCBO – 12 mai 2012

J’ai dégusté récemment une sélection de produits qui seront disponibles via la section Vintages (où sont vendus les produits plus « haut de gamme ») de la Liquor Control Board of Ontario (LCBO) à partir du 12 mai 2012, commentés ci-dessous. Cette liste n’est pas exhaustive : la liste complète des produits est accessible via le site web de la LCBO.
 
Tous les prix inscrits ci-dessous sont pour des bouteilles de 750 ml, à moins d’indication contraire, et sont arrondis au dollar près. Certaines de ces fioles sont également disponibles à la Société des Alcools du Québec (SAQ) : le prix y est indiqué avec le code SAQ. La mention « nd » indique soit que le produit sera disponible sous peu à la SAQ et que le prix n’était pas confirmé au moment de la publication de cette chronique, ou alors un autre millésime du même produit est présentement sur les tablettes de la SAQ.
 
Préférablement, vous devriez vérifier la disponibilité des produits avant de vous déplacer à votre succursale puisque les quantités sont parfois limitées.
 
Je vous invite à porter une attention particulière à mes Coup de cœur blanc, Coup de cœur rouge et Coup de cœur rosé parmi les nouveaux arrivages du 12 mai.
 
 

Mon système de notation sur une échelle de 20 points se définit comme tel :

0-10 points — le vin affiche un défaut évident – en règle générale, je ne commente pas ces vins sur mon blog.

11-14 points — le vin est quelque peu déficient au plan qualitatif; malgré cela, si le prix vous convient, il peut vous apporter du plaisir.

15-16 points — cuvée bien vinifiée qui mérite votre attention si le prix vous convient.

17-18 points — cuvée hautement recommandable peu importe la plage de prix.

19-20 points — fabuleuse expérience bachique qui génère des émotions et qui laisse des souvenirs indélébiles.


Vins blancs

ÉTATS-UNIS

Chardonnay « Vintner’s Reserve » 2010, Kendall-Jackson, Californie (20 $ / 22 $ SAQ pour le 2009) – Doté d’arômes engageants de pomme verte chevauchés de tonalités de maïs soufflé au beurre et de grillé, ce chardonnay modérément opulent et harmonieux est soutenu par une acidité équilibrante et enveloppée d’un agréable voile crémeux. Voilà un beau chardonnay américain dans cette gamme de prix. 16,5/20

Chardonnay non-boisé « Silver », Santa Lucia Highlands, Monterey County 2010, Mer Soleil, Californie (30 $) – Ce chardonnay qui n’a pas touché le bois s’avère très avenant avec ses émanations pénétrantes de melon et de pomme jaune. Ce vin plein de vitalité et à l’acidité digeste m’a beaucoup plu, d’autant plus qu’il est une curiosité dans le monde du vin, particulièrement dans le Nouveau Monde, car il a été élevé en cuve de ciment et embouteillé dans un contenant en céramique : une rareté. 16/20

FRANCE

♥ Chablis 1er Cru « Beauroy » 2010, Hervé Azo, Bourgogne (28 $) – Le bouquet élégant de ce chardonnay évoque le pamplemousse blanc et le citron, ponctué de jolis accents minéralisés. Le tout se poursuit en bouche sur une structure raffinée et relevée d’un judicieux support acide. Voilà une cuvée d’une grande autorité et droiture, un bel exemple de la noblesse des vins issus de l’appellation chablisienne : j’en fais ainsi mon Coup de cœur blanc parmi les nouveaux arrivages du 12 mai. 17/20

Gewürztraminer 2010, Helfrich, Alsace (19 $) – D’une grande volubilité aromatique, ce gewürztraminer sent la salade de fruits saupoudrée de séduisantes épices exotiques. Au palais, cet alsacien révèle un centre fruité mûr et une personnalité merveilleusement extravertie, comme on s’y attend de ce cépage. 16/20

ISRAËL

Sauvignon Blanc 2010, Recanati, Shomron (17 $) – On découvre ici un sympathique sauvignon blanc qui dévoile d’agréables parfums de pamplemousse blanc ponctués de notes de citron vert et de levure. Au palais, les saveurs bavardes s’étalent langoureusement sur une charpente plutôt ronde et relevée d’un filon acide pondéré. Une fiole sans fioritures et rassasiante dans cette gamme de prix. 15/20


Vins rouges

ESPAGNE

 Gran Reserva 2001, Heredad de Baroja, Rioja (22 $) – Le nez exquis de ce tempranillo est dominé par la griotte et la framboise, parsemé de succulents soupçons d’orge et de fumée. Le tout se poursuit allègrement en bouche sur une structure élégante, aux tanins presque fondus et à la finale en crescendo. Un excellent rapport qualité-prix, d’autant plus que le vin est aujourd’hui à son apogée : il s’impose ainsi comme mon Coup de coeur rouge parmi les nouveaux arrivages du 12 mai. 17/20

Garnacha 2010, Pinyolet, Montsant (17 $) – Le bouquet de cette cuvée de grenache regorge de parfums de petites baies des champs et de rose fraîche du matin, lesquels se réverbèrent au palais sur un ensemble plutôt léger, sans être dénué de matière, et à la trame tannique finement tissée. Volubile, sec, net, droit, rassasiant et un excellent compagnon à la table. Bravo! 17/20

Cuvée Rémy 2007, Chapillon, Priorat (19 $) – Très coloré, cet assemblage réussi de garnacha (grenache), de cariñena (carignan) et de cabernet sauvignon évoque à l’olfactif la mûre, la cerise macérée et le chêne grillé, avec des tonalités à peine chocolatées. Passablement corsé et certes vinifié dans un style moderne, ce « vino rojo » en impose par sa solide ossature et ses tanins encore juvéniles. Il donnera davantage en finesse d’ici trois ans. 16/20

ÉTATS-UNIS

Cabernet Sauvignon, Sonoma County 2008, Rodney Strong, Californie (22 $) – Cet excellent cabernet californien séduit avec sa palette aromatique marquée par de douces senteurs de groseille rouge et de chêne fortement toasté et même presque brûlé, ce qui n’est pas sans déplaire. Le tout s’étale sur un palais modérément corsé et très expressif, aux saveurs encadrées de tanins bien ciselés. Un beau produit dans cette gamme de prix qui fera des heureux à la table. 17/20

Syrah 2010, McManis, Californie (19 $) – De cette cuvée intensément colorée jaillissent des odeurs de cerise, de mûre, de bleuet et de chêne grillé, lesquelles sont parsemées d’accents épicés et vanillés. Passablement corsée et modérément tannique, cette syrah californienne se distingue par son fruité chaleureux, sa digeste acidité si typique au cépage et sa charpente bien sculptée. McManis a fait du beau boulot avec cette syrah. 16/20

FRANCE

Beaune 1er Cru « Boucherottes » 2009, Louis Jadot, Bourgogne (53 $ / nd SAQ) – Le nez de ce délectable pinot noir bourguignon, parfaitement frais et net, évoque la griotte et la framboise rehaussées de fines tonalités de pétale de rose. La bouche, aux saveurs raffinées, harmonieuses et glorieusement expressives, révèle des tanins nobles et une excellente allonge des saveurs. L’ensemble est d’une grande précision aromatique. Incontestablement, un vin hautement civilisé. 18/20

Haut-Médoc 2008, Château Belgrave, Bordeaux (39 $ / nd SAQ) – Ce 5e Cru Classé, à dominante de cabernet sauvignon, dévoile une richesse aromatique où se croisent petits fruits rouges et noirs fraîchement cueillis et grillé judicieusement dosé. Le tout s’étale gracieusement sur une bouche structurée et droite, encadrée de tanins encore un peu sévères pour le moment. Ce cru encore bien ancré dans sa jeunesse se distingue néanmoins par sa netteté et son équilibre d’ensemble; une garde de huit ans, voire davantage, lui apportera plus de rondeur et de profondeur. 17/20

ISRAËL

Ayalon Valley 2007, Clos de Gat, Judean Hills (48 $) – Cette concoction bordelaise de cabernet sauvignon, de merlot et de petit verdot s’annonce par des arômes mûrs et bavards de groseille et de cerise enveloppés d’un voile grillé bien dosé. Au palais, on retrouve les mêmes échos aromatiques qu’au nez, lesquels s’étalent sur une structure moyennement corsée et modérément tannique. Plaisant, certes, mais son prix me semble injustifié. 16/20

NOUVELLE-ZÉLANDE

Pinot Noir « 17 », Seventeen Valley 2009, Mount Riley, Marlborough (34 $) – Ce pinot noir relativement coloré semble aromatisé à la framboise imprégnée d’un soupçon de rose fanée, de grain de café torréfié et de chandelle à la vanille. De léger à moyennement corsé, le vin dévoile des tanins souples et il s’avère rassasiant dans l’ensemble. 16/20


Vins rosés

FRANCE

 Tavel 2011, Château d’Aqueria, Vallée du Rhône (19 $) – Sans conteste, ce Tavel est l’un des meilleurs rosés sur le marché. La version 2011 exhale de charmants parfums dominés par la cerise et la framboise infusées d’un soupçon de fleurs sauvages. Le tout se poursuit sur un palais frais et tendre, soutenu par une saine acidité équilibrante. Un rosé sec qui se boit aussi bien en apéritif qu’à la table : je le choisis comme Coup de coeur rosé parmi la sélection du 12 mai. 18/20

Régine Sumeire au Salon des Vins de Montréal (2006)

Côtes de Provence 2011, Château La Tour L’Évêque (Régine Sumeire), Provence (19 $) –  La Provence est maître dans l’art de produire des rosés de qualité. À preuve, ce Côtes de Provence qui s’annonce par des odeurs enchanteresses à dominante de baies des champs rehaussées de joyeux accents de rosiers en fleur. Le palais, sec et élégant, dévoile de sveltes saveurs équilibrées par une saine acidité. Voilà une fiole idéale pour siruper tranquillement sur une terrasse ensoleillée. Vinifié avec huit cépages (trois blancs et cinq noirs), soit surtout de la syrah, du grenache et du cinsault, additionnés d’un peu de rolle, de sémillon, d’ugni blanc, de cabernet sauvignon et de mourvèdre. 17/20

Cet article, publié dans Notes de dégustation, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.