La décantation et le carafage du vin

La décantation et le carafage sont des étapes facultatives du service du vin qui consistent à transvaser le contenu d’une bouteille de vin dans un récipient que l’on nomme carafe à décanter. Bien que les termes décantation et carafage soient parfois considérés comme des synonymes, dans les faits, ils décrivent deux actions bien distinctes.

Il y a deux raisons qui peuvent nous amener à décanter ou à carafer un vin. Primo, pour retirer le dépôt qui se forme parfois avec le passage du temps, surtout dans les vins rouges et les portos millésimés : dans ce cas, on parle de décantage. Secundo, pour laisser le vin «respirer» : dans ce cas, le carafage est de mise.

Le vin respire-t-il vraiment ? En quelque sorte, oui. La plupart des vins sont une matière vivante car leur structure chimique évolue avec le temps. Le vin absorbe de l’oxygène et il s’oxyde, à l’instar des cellules humaines. Lors de la fermentation (le processus qui transforme le jus de raisin en vin), du dioxyde de carbone se dégage, tout comme chez l’être humain lorsqu’il respire.

Lorsqu’on désire qu’un vin respire, en fait, on veut qu’il soit exposé à l’air : on veut aérer ou oxygéner le vin. L’oxygène qui entre en contact avec le vin permet à ses arômes de s’ouvrir et de mieux s’exprimer.

Déboucher le vin ne suffit pas à le faire respirer : la surface du vin qui entre en contact avec l’oxygène est trop petite pour que cela fasse vraiment une différence. Pour accroître l’effet de l’oxygénation, il faut transvaser le vin dans une carafe à décanter.

Quelle carafe choisir ?

Il existe sur le marché plus de formes de carafe que je ne saurai compter, dans toutes les gammes de prix. Comment s’y retrouver ? Pour bien choisir votre carafe, je suggère de suivre deux règles de base très simples.

1. Choisissez un matériel transparent. Le verre transparent, incolore et lisse est celui qui permet le mieux d’apprécier la couleur et l’opacité du vin. Bien que l’analyse visuelle du vin se prête mieux au verre, une carafe transparente pourrait révéler d’emblée un potentiel défaut du vin. [Je passe en revue les défauts du vin ici.]

2. Privilégiez une forme de carafe qui offre une grande surface de contact entre l’air et le vin. On considère qu’une carafe a une forme idéale lorsque, une fois la bouteille entière (750 ml) versée, la surface du vin correspond à la largeur maximale du récipient (certaines carafes sont également conçues pour les magnums). Voici deux exemples de carafe : celle de droite a une forme plus appropriée que celle de gauche pour oxygéner le vin (bien que celle de gauche suffisse amplement si vous ne l’utilisez que pour le service du vin).

Certains d’entre vous porteront peut-être leur choix sur une carafe en verre ou en cristallin ne contenant aucun plomb, par considération pour l’environnement ou la santé humaine. En effet, nous savons aujourd’hui que le plomb est nocif pour l’environnement et peut également l’être pour la santé. Selon Santé Canada, les contenants en cristal au plomb peuvent libérer du plomb dans les aliments et les boissons avec lesquels ils sont en contact. La quantité de plomb libérée varie selon la teneur en plomb du contenant et la durée de l’exposition.

Il n’y a toutefois pas raison de s’inquiéter outre mesure : encore selon Santé Canada, la libération de plomb est faible si les contenants en cristal au plomb sont seulement utilisés au cours des repas (plutôt que pour l’entreposage à long terme des aliments et des boissons). Vous n’avez donc pas besoin de vous débarrasser de vos verres et de vos carafes en cristal.

Au-delà de ces considérations, le choix d’une carafe est surtout d’ordre esthétique. En fait, de nos jours, les carafes relèvent beaucoup du domaine de l’art et elles peuvent être des objets d’affection et de fierté pour les collectionneurs.

Quels vins doit-on décanter ou carafer ?

Riedel, l’un des verriers les plus respectés au monde, encourage l’utilisation des carafes autant pour les vins jeunes que vieux, rouges ou blancs et même les effervescents. Cela explique que l’entreprise commercialise aujourd’hui plus d’une quarantaine de carafes, dont plusieurs sont taillées à la main et soufflées en bouche.

Pour ma part, je ne transvase pas en carafe tous les vins que je sers : en règle générale, les vins bon marché ne nécessitent pas un passage en carafe, ni les portos de style tawny. Pour déterminer quels vins décanter ou carafer, retournons à l’essentiel : les raisons pour lesquelles on transvase un vin en carafe.

1. Pour retirer le dépôt, typiquement dans les vieux vins rouges et les portos millésimés. Il y a deux façons de procéder, l’une tout aussi bonne que l’autre. La méthode traditionnelle consiste à transvaser lentement le vin dans une carafe en plaçant une chandelle (ou une autre source de luminosité) en arrière-plan pour voir à quel moment le dépôt s’approche du col de la bouteille, indiquant ainsi qu’il faut cesser de transvaser. Au préalable, il faut s’assurer que la bouteille ait été debout pendant au moins vingt-quatre heures afin que le dépôt ait eu le temps de se déposer au fond de la bouteille. La méthode moderne consiste à utiliser un entonnoir à décanter avec filtre. Cette méthode ne requiert pas qu’on mette au préalable la bouteille debout et on n’a pas à s’inquiéter du moment où le dépôt risque d’être transvasé puisque le filtre le collecte et ne laisse passer que le vin clair. Les entonnoirs à décanter avec filtre (généralement en acier inoxydable) peuvent être remplacés par un tissu propre ou un filtre à café : le résultat est le même bien que le processus de décantation s’avère moins gracieux.

En passant, le dépôt n’est pas un défaut du vin bien qu’il ait souvent un goût amer ou astringent. Le dépôt est en fait composé principalement de tanins et autres particules en suspension qui se solidifient avec le temps, s’accumulant ainsi sur la paroi inférieure de la bouteille.

2. Pour oxygéner le vin. Autant les vins jeunes que vieux peuvent bénéficier d’un passage en carafe. Ce qui varie, c’est le temps passé en carafe. Pour les vins jeunes, on les carafe pour permettre aux arômes du vin de s’ouvrir (vins rouges et blancs) et aux tanins de s’assouplir (vins rouges). Vous pouvez transvaser le vin en carafe d’une à trois heures avant le service. Certains amateurs choisissent de carafer les vins de grande qualité et passablement tanniques (tels les jeunes crus de Bordeaux ou de Barolo) jusqu’à six heures, voire davantage, avant le service.

Quant aux vieux vins, un passage en carafe plus court est de mise : cela évite une suroxygénation du vin qui pourrait générer de malheureuses odeurs «oxydées». Un passage en carafe d’une quinzaine de minutes s’avère souvent suffisant. De plus, un court carafage permet de dissiper certaines odeurs indésirables (souvent causées par le phénomène de réduction) qui peuvent parfois se développer après de nombreuses années en bouteille (si ces odeurs persistent après quinze minutes, vous pouvez présumer un défaut du vin). Ceci étant dit, il n’y a pas de règles rigides quant au temps de carafage : tout dépend de l’âge et de la condition du vin, et aussi de la préférence des dégustateurs.

À noter que l’on trouve maintenant sur le marché une panoplie d’accessoires et d’aérateurs à vin qui cherchent à émuler et même accélérer le processus d’oxygénation du vin : je parlerai de ces accessoires (et leur réelle efficacité) dans un futur billet.

Un autre conseil, le plus important que je puisse vous donner : avant de décanter ou de carafer un vin, assurez-vous que votre carafe soit neutre au plan olfactif. Toute odeur que dégage votre carafe (par exemple, si elle a été entreposée dans un endroit peu oxygéné) sera transmise automatiquement au vin. Pour s’assurer que la carafe soit parfaitement neutre, ne prenez pas de chance : vinez-la avant de l’utiliser. Le vinage d’une carafe consiste à y verser une petite quantité de vin que vous prenez soin de faire rouler sur toute la surface intérieure du récipient, puis de jeter l’excédent : cela peut choquer les non-initiés, mais c’est la meilleure façon de neutraliser toute odeur indésirable dans une carafe.

L’entretien des carafes

Pour terminer, quelques conseils sur l’entretien et l’entreposage de vos carafes.

Il va sans dire, oubliez le lave-vaisselle. La meilleure façon de nettoyer une carafe est de la passer sous l’eau chaude du robinet sans utiliser de détergent car celui-ci peut laisser des odeurs rebelles dans le récipient. S’il y a des taches récalcitrantes, utilisez alors un savon à vaisselle doux, le moins parfumé possible, ou un peu de vinaigre. Assurez-vous de bien rincer la carafe à l’eau chaude pour éliminer tout résidu de savon ou de vinaigre.

Pour la sécher, vous pouvez déposer la carafe à l’envers sur un égouttoir à carafe et laissez l’air ambiant faire son boulot. Pour ma part, j’aime bien essuyer la surface extérieure de mes carafes avec un tissu en lin pour éviter la formation de «taches d’eau».

Une fois sèche, entreposez votre carafe dans un endroit protégé de la poussière et des odeurs. Vous pouvez la ranger dans un meuble ou une armoire, mais attention aux mobiliers encaustiqués ou cirés car ils peuvent transmettre des odeurs.

Cet article, publié dans L'ABC du vin, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La décantation et le carafage du vin

  1. Ping : La vérité sur les sulfites | Les bacchuseries de Marie-France

  2. Ping : A decantação e a colocação do vinho em jarro | Enovírtua

Les commentaires sont fermés.