Nouveaux arrivages de la LCBO – 18 février 2012

J’ai dégusté récemment une sélection de produits qui seront disponibles via la section Vintages (où sont vendus les produits plus « haut de gamme ») de la Liquor Control Board of Ontario (LCBO) à partir du 18 février 2011, commentés ci-dessous. Cette liste n’est pas exhaustive : la liste complète des produits est accessible via le site web de la LCBO.
 
Tous les prix inscrits ci-dessous sont pour des bouteilles de 750 ml, à moins d’indication contraire, et sont arrondis au dollar près. Certaines de ces fioles sont également disponibles à la Société des Alcools du Québec (SAQ) : le prix y est indiqué avec le code SAQ. La mention « nd » indique soit que le produit sera disponible sous peu à la SAQ et que le prix n’était pas confirmé au moment de la publication de cette chronique, ou alors un autre millésime du même produit est présentement sur les tablettes de la SAQ.
 
Préférablement, vous devriez vérifier la disponibilité des produits avant de vous déplacer à votre succursale puisque les quantités sont parfois limitées.
 
Je vous invite à porter une attention particulière à mes Coup de cœur blanc et Coup de cœur rouge parmi les nouveaux arrivages du 18 février.
 
 

Mon système de notation sur une échelle de 20 points se définit comme tel :

0-10 points — le vin affiche un défaut évident – en règle générale, je ne commente pas ces vins sur mon blog.

11-14 points — le vin est quelque peu déficient au plan qualitatif; malgré cela, si le prix vous convient, il peut vous apporter du plaisir.

15-16 points — cuvée bien vinifiée qui mérite votre attention si le prix vous convient.

17-18 points — cuvée hautement recommandable peu importe la plage de prix.

19-20 points — fabuleuse expérience bachique qui génère des émotions et qui laisse des souvenirs indélébiles.


Vins blancs

AFRIQUE DU SUD

Chardonnay 2011, Backsberg, Paarl (18 $) – Backsberg nous offre ici une cuvée kasher (élaborée sous la surveillance d’un rabbin selon des règles strictes) aux douces évocations de pomme jaune, lesquelles se poursuivent au palais sur un ensemble plutôt léger, modérément expressif et relevé d’une acidité équilibrée. Peut-être pas un vin à tout casser, mais ça demeure un coupe-soif rassasiant à ce prix. 15/20

AUTRICHE

Grüner Veltliner, Terrassen Federspiel 2010, Domäne Wachau, Wachau (18 $ / nd SAQ) – Cette fiole composée du cépage indigène grüner veltliner dévoile des fragrances plaisantes d’agrumes frais et de pomme Granny Smith juteuse. Vinifié dans un style sec et plutôt léger, cet autrichien est bâti sur une structure droite et élancée. Une belle cuvée dans cette gamme de prix. 16/20

CANADA

Chardonnay « Sketches » 2009, Tawse, Péninsule du Niagara (20 $) – Ce chardonnay révèle un bouquet élégant, dominé par la pomme verte et traversé d’un fin filet de beurre fondu et de fines herbes grillées. On retrouve en bouche de jolis rappels des arômes habillés d’un voile agréablement crémeux. L’ensemble, sec et plutôt léger, plaît par son caractère franc et sans fioritures. 15/20

CHILI

Sauvignon Blanc Reserva 2011, Tabalí, Vallée de Limari (15 $) – Le nez de ce sauvignon à la robe quasi translucide semble aromatisé à la limette et au pamplemousse blanc saupoudrés d’un peu de piment jalapeño. Sec, le vin dévoile une acidité pondérée et une bonne allonge des saveurs. Un bon vin de tous les jours. 15/20

ESPAGNE

Albariño « Edición Especial » 2010, Valmiñor, Rías Baixas (17 $) – Le cépage albariño (ou alvarinho en portugais) est une spécialité de la péninsule ibérique. Cette fiole, vinifiée avec doigté, arbore de séduisantes senteurs de pomme verte ponctuées de belles notes de ciboulette. Le palais, sec et plutôt léger, est encadré d’une acidité bien tendue, laquelle relève l’ensemble et assure la fraîcheur du vin. Ce flacon en offre beaucoup pour notre argent : j’en fais ainsi mon Coup de cœur blanc parmi les nouveaux arrivages du 18 février. 16,5/20

NOUVELLE-ZÉLANDE

Sauvignon Blanc 2011, Mount Riley, Marlborough (16 $) – Ce sauvignon peu coloré dévoile une palette aromatique très expressive d’où émanent des parfums de pamplemousse blanc rehaussés d’une touche de lime, de piment jalapeño et de pois vert. Au palais, les saveurs tout aussi volubiles sont appuyées d’une saine acidité, laquelle soutient les saveurs jusqu’à la finale persistante. Un rapport qualité-prix avantageux. 16/20


 Vins rouges

CHILI

Cabernet Sauvignon Gran Reserva « Medalla Real » 2008, Santa Rita, Vallée de Maipo (20 $ / 20 $ SAQ) – Avec 15 millions de bouteilles en moyenne par an, ce fameux domaine occupe la deuxième position dans la production de vin au Chili, derrière Concha y Toro. L’édition 2008 de ce Medalla Real enchante par son bouquet aromatisé aux petits fruits des champs judicieusement infusés d’expresso. Au palais, les tonalités de café et de fumée mettent certes à l’avant le caractère moderne du vin, mais sans jamais trahir l’harmonie d’ensemble. Qui plus est, la structure avenante contribue au bel étagement des saveurs jusqu’à la finale juteuse. Ce chilien s’impose comme mon Coup de cœur rouge parmi les nouveaux arrivages du 18 février. 17/20

Les chais du domaine Santa Rita

ESPAGNE

Reserva 2006, Beronia, Rioja (20 $) – Le nez de ce cru ibérique est joyeusement parfumé à la cerise et à l’orge saupoudrées de noix concassées et de chêne grillé discret. Les saveurs affables de ce tempranillo moyennement corsé et modérément tannique se déroulent langoureusement jusqu’à la finale bavarde, dévoilant pleinement le tempérament éminemment plaisant du vin. Une valeur sûre dans cette gamme de prix. 16/20

ÉTATS-UNIS

Cabernet Sauvignon « Vintner’s Reserve », Sonoma County 2009, Kendall-Jackson, Californie (23 $ / 23 $ SAQ) – Cette fiole californienne étale sans gêne ses arômes flatteurs, lesquels évoquent la groseille, la mûre et le chêne grillé, rehaussés d’accents à peine vanillés. Le tout se déploie avec prestance sur un palais moyennement corsé et encadré de tanins grassouillets. Équilibré et net, ce « cab » américain est hautement recommandable dans cette gamme de prix. 17/20

Pinot Noir, Dundee Hills 2006, Winter’s Hill Winery, Oregon (25 $) – On se laisse d’emblée envoûter par le volubile bouquet de ce pinot noir kasher, lequel est dominé par la framboise gracieusement entrelacée de tonalités florales. La bouche, friande et harmonieuse, révèle des tanins nobles et une respectable allonge des saveurs. L’ensemble, bien façonné, dévoile une élégante structure et une grande finesse des saveurs. Un très beau vin de cépage de l’Oregon. 16,5/20

FRANCE

Morgon « Jean Descombes » 2010, Georges Duboeuf, Beaujolais (19 $) – Georges Duboeuf, infatigable promoteur du Beaujolais et responsable pour 10 % de la production de cette région viticole, nous offre ici un gamay structuré qui se démarque par ses flamboyants arômes de kirsch et de canneberge. Au palais, on se laisse séduire par un vin plutôt léger, sans être dénué de matière ni d’expression aromatique, dont la masse fruitée est incontestablement de très grande qualité, d’autant plus soutenue par une acidité digeste qui rehausse la charpente du vin. Morgon est l’un des dix crus du Beaujolais, lesquels sont issus des meilleurs terroirs de cette appellation. Les crus du Beaujolais n’ont rien à voir avec le Beaujolais Nouveau que l’on boit en novembre et ils méritent qu’on les découvre. 17/20

Châteauneuf-du-Pape 2009, Cuvée du Vatican, Vallée du Rhône (38 $ / nd SAQ) – Le bouquet de ce cru du Rhône méridional, composé surtout de grenache, séduit par ses émanations de petites baies rouges relevées d’envoûtantes nuances de fleurs séchées. La bouche, moyennement corsée et modérément tannique, s’appuie sur une charpente à la fois solide et élégante. Une garde d’au moins cinq ans apportera davantage de sagesse et de rondeur à cette cuvée promise à un bel avenir. 17/20

Côtes du Roussillon Villages « Chimères » 2009, Château Saint-Roch, Languedoc-Roussillon (19 $) – Cette gouleyante fiole du Midi de la France, composée surtout de grenache et de syrah, exhibe un nez engageant qui évoque un coulis de fruits d’été et des fleurs fraîchement cueillies. Le tout se poursuit en bouche sur un ensemble moyennement corsé, ample et dodu, soutenu par une saine acidité et encadré d’une trame tannique bien tissée. Voilà un Côtes du Roussillon Villages éminemment plaisant. 16,5/20

Pinot Noir « Signature » 2009, Maison Champy, Bourgogne (22 $ / 22 $ SAQ) – Doté de succulents arômes de framboise et de fraise traversés d’un fin filet de fines herbes, ce charmant pinot noir déploie une heureuse matière fruitée, des tanins finement ciselés et une bonne acidité équilibrante. Un Bourgogne générique digne de mention. 16/20

HONGRIE

Kékfrankos 2008, Hunyady, Kéthely (17 $ / nd SAQ) – Le cépage kékfrankos (appelé blaufränkisch en Autriche) est une spécialité hongroise. Cette cuvée de Hunyady laisse échapper des parfums de petits fruits rouges complexifiés par des accents poivrés, très typiques au cépage. Le palais révèle un ensemble léger mais bavard et encadré de tanins granuleux. Ce kékfrancos a tout pour plaire et il s’avère un bon compagnon à la table. À découvrir. 17/20

ISRAËL

Merlot 2009, Tabor Winery, Galilée (15 $) – Ce délicieux merlot dégage de séduisantes senteurs de prune rouge et de fraise traversées d’un filament grillé bien dosé. Ce vin kasher dévoile au palais une matière à la fois friande et volubile, des tanins bien tissés de même que du tonus. Il m’a beaucoup plus. 17/20

Pinot Noir 2009, Galil Mountain Winery, Haute Galilée (24 $) – Cet autre vin kasher semble dominé par la framboise légèrement infusée de chêne grillé. En bouche, on découvre un vin plutôt léger bien qu’expressif, aux tanins joliment dodus. Vinifié dans un style simple mais enjôleur, je lui ai trouvé un léger manque de précision au palais, mais ça demeure tout de même un bel effort car le pinot noir est un cépage difficile à cultiver. 15/20

Galil Mountain Winery

ITALIE

Barbaresco 2007, Produttori del Barbaresco, Piémont (42 $ / nd SAQ) – Composé uniquement de nebbiolo, un cépage piémontais, ce superbe barbaresco exhibe un bouquet évocateur aux senteurs de petits fruits rouges et de menthe, accentuées par un soupçon de pétales de rose. Au palais, on se laisse charmer par sa profonde expression aromatique de même que par son élégance inimitable. Encore passablement ancré dans sa jeunesse, ce magnifique produit de terroir étale fièrement sa structure élancée et racée, laquelle laisse croire que ce flacon vieillira en beauté sur un horizon de vingt ans, voire davantage. 18/20

Mormoreto « Castello di Nipozzano » 2008, Marchesi di Frescobaldi, Toscane (60 $ / 129 $ SAQ pour 1,5 litre) – Marqué par des odeurs de mûre, de cassis, de prune rouge et de chêne grillé, ce vin à base de cabernet sauvignon, complémenté avec du merlot et du cabernet franc, dévoile une personnalité moderne qui cherche à séduire un large auditoire. La bouche, assez corsée, se distingue par l’harmonie de ses saveurs, sa solide ossature et sa finale gourmande et plantureuse. Ses tanins encore juvéniles demandent un peu de temps avant de s’assagir : une garde au cellier d’au moins cinq ans est de mise. 17/20

Tancredi 2007, Donnafugata, Sicile (26 $ / 31 $ SAQ) – Cette joyeuse concoction de nero d’Avola et de cabernet sauvignon s’avère olfactivement plaisante avec ses parfums de groseille, de prune, de cèdre et de fer. Passablement corsé, ce vin de bonne tenue révèle toutefois des tanins assez imposants qui exigent une viande rouge saignante pour mieux les gommer. Donnafugata est l’un des vignerons les plus talentueux de Sicile qui arbore toujours ses bouteilles avec des étiquettes très originales et très artistiques.  16/20

NOUVELLE-ZÉLANDE

Pinot Noir 2009, Rabbit Ranch, Central Otago (25 $) – Cette cuvée est délicatement aromatisée à la framboise et imprégnée d’un soupçon de cuir tanné et de fumée. Léger, sans toutefois être dénué de matière, ce pinot noir étale fièrement ses tanins souples qui se fondent en arrière-plan. Il fera d’heureuses rencontres avec les mets fins. 16,5/20

Cet article, publié dans Notes de dégustation, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.