Nouveaux arrivages de la LCBO – 11 juin 2011

J’ai dégusté récemment une sélection de produits qui seront disponibles via la section Vintages (où sont vendus les produits plus « haut de gamme ») de la Liquor Control Board of Ontario (LCBO) à partir du 11 juin 2011, commentés ci-dessous. Cette liste n’est pas exhaustive : la liste complète des produits est accessible via le site web de la LCBO.
 
Tous les prix inscrits ci-dessous sont pour des bouteilles de 750 ml, à moins d’indication contraire, et sont arrondis au dollar près. Certaines de ces fioles sont également disponibles à la Société des Alcools du Québec (SAQ) : le prix y est indiqué avec le code SAQ. La mention « nd » indique soit que le produit sera disponible sous peu à la SAQ et que le prix n’était pas confirmé au moment de la publication de cette chronique, ou alors un autre millésime du même produit est présentement sur les tablettes de la SAQ.
 
Préférablement, vous devriez vérifier la disponibilité des produits avant de vous déplacer à votre succursale puisque les quantités sont parfois limitées.
 
Je vous invite à porter une attention particulière à mes Coup de cœur blanc et Coup de cœur rouge parmi les nouveaux arrivages du 11 juin.
 

Mon système de notation sur une échelle de 20 points se définit comme tel :

0-10 points — le vin affiche un défaut évident – en règle générale, je ne commente pas ces vins sur mon blog.

11-14 points — le vin est quelque peu déficient au plan qualitatif; malgré cela, si le prix vous convient, il peut vous apporter du plaisir.

15-16 points — cuvée bien vinifiée qui mérite votre attention si le prix vous convient.

17-18 points — cuvée hautement recommandable peu importe la plage de prix.

19-20 points — fabuleuse expérience bachique qui génère des émotions et qui laisse des souvenirs indélébiles.


Vins blancs

 CHILI

Chardonnay « Vignoble unique Quillay » 2009, Veranda, Vallée de Bio Bio (19 $) –  Le nez de ce chardonnay chilien est dominé par la pomme McIntosh, à laquelle s’ajoutent des notes minérales fort plaisantes. L’ensemble, léger sans être dénué d’expression, révèle une acidité équilibrante et une certaine élégance qui n’est pas sans rappeler les vins de Chablis. Pour son côté franc et net, je le choisis comme Coup de cœur blanc parmi les nouveaux arrivages du 11 juin. 16/20

FRANCE

Chablis 2009, Domaine des Malandes, Bourgogne (19 $) – Ce chardonnay bourguignon sans fioritures est doté de jolis arômes agrumés et entrelacés d’insistantes tonalités de fines herbes. En bouche, on découvre une structure typiquement chablisienne, tout en subtilité et en élégance, relevée d’une acidité pondérée. Pas d’une très grande complexité mais tout de même rassasiant. 15/20

NOUVELLE-ZÉLANDE

Riesling « Bunch Selection » 2009, Konrad, Marlborough (20 $ / 23 $ SAQ) – Au nez, on se laisse rapidement emballer par les senteurs typiques du riesling, soit les agrumes, l’ananas et la laine, lesquelles se poursuivent sur un palais moyennement corsé et franc de goût. Cette fiole néo-zélandaise révèle du sucre résiduel qui donne à l’ensemble de la rondeur et beaucoup, beaucoup de persistance. Certains apprécieront que le vin n’affiche que 8,5 pour cent d’alcool. 15/20 


Vins rouges

AUSTRALIE

Mourvèdre « Liandra » 2007, Clarendon Hills, Clarendon (55 $) – Le bouquet de ce mourvèdre australien fait très prune et eau de toilette florale, agrémenté de subtils accents de cuir et de torréfaction. Le tout se poursuit au palais sur une charpente moyennement corsée et équilibrée. La finale se démarque par son tonus et sa vitalité. Voilà un vin original pour les hédonistes, recommandable malgré son prix gonflé. 16/20

CHILI

Syrah Reserva 2007, Falernia, Vallée d’Elquí (16 $) – La syrah chilienne attire beaucoup l’attention dernièrement car on découvre qu’elle donne de fabuleux résultats lorsque cultivée dans les terroirs plus frais. C’est le cas de cette cuvée réservée qui explose de somptueuses senteurs de groseille et de poivre noir finement moulu, complexifiées par de succulentes tonalités d’encens et de bacon en grains. Au palais, on se laisse charmer par des saveurs volubiles et soutenues par une judicieuse trame tannique. Grâce à sa personnalité éminemment affable et son rapport qualité-prix supérieur, cette syrah s’impose comme mon Coup de cœur rouge parmi les nouveaux arrivages du 11 juin. 17/20

ESPAGNE

Conde de Valdemar Reserva 2004, Martínez Bujanda, Rioja (19 $ / nd SAQ) – Le nez de cette fiole ibérique semble aromatisé à la prune, à la cerise et au bois de cèdre, rehaussé d’un voile de poudre d’orge, de noix concassée et de sous-bois. Moyennement corsé et relativement puissant, ce tempranillo additionné d’une touche de merlot est une belle représentation des vins de la Rioja dans cette catégorie de prix. 16/20

ÉTATS-UNIS

Le Cigare Volant 2006, Bonny Doon Vineyard, Californie (40 $ / 40 $ SAQ) – Voilà une cuvée mémorable vinifiée d’une main de maître par Randall Grahm, l’un des plus talentueux « Rhône Rangers » (un groupe de vignerons californiens qui se spécialisent dans la culture de variétés rhodaniennes). Cet assemblage réussi de syrah et de grenache, avec un peu de cinsault, de mourvèdre et de carignan, évoque la prune et le gibier saupoudrés d’un soupçon de fumée et d’épices mélangées. La bouche, bavarde et harmonieuse, révèle des courbes sensuelles et des échos des arômes tout à fait charmants, le tout se concluant sur une finale bien orchestrée et d’une excellente persistance. Du grand vin. 18/20

"Cigare volant" est un synonyme de "soucoupe volante"

Pinot Noir, Russian River Valley, Sonoma County 2009, La Crema, Californie (45 $ / 40 $ SAQ) – Le bouquet de ce délectable pinot noir est parfumé à la baie des champs et à la rose fraîchement cueillie. La bouche, friande et énergique, révèle des tanins dodus et une belle allonge des saveurs. L’ensemble est joliment sculpté et d’une grande précision. La Crema a fait du beau boulot avec cette cuvée; la fraîcheur de l’appellation Russian River Valley aide beaucoup aussi, étant très propice à la culture du pinot noir. 18/20

ITALIE

Corasco « Appasimento Breve » 2008, Tedeschi, Vénétie (16 $) –  La méthode « appassimento » requière que les raisins soient séchés un certain temps pour perdre presque le tiers de leur eau, ce qui augmente par conséquent leur taux de sucre. Dans ce Corasco 2008, prune, grillé, épices mélangées, grain de café torréfié, boîte à tabac et pétale de rose fanée s’en donnent à cœur joie. Corsé, modérément tannique et passablement sec pour un Appasimento Breve, ce vin de corvina assemblé avec un peu de refosco et de raboso s’avère être un doux colosse : il montre beaucoup de poigne mais il livre le tout dans un gant de velours. La finale impressionne par son côté à la fois chaleureux et indéniablement expressif. Le Corasco en offre beaucoup pour notre argent. 17/20

Valpolicella Superiore Ripasso « Monti Garbi » 2008, Tenuta Sant’Antonio, Vénétie (18 $ / nd SAQ) – Voilà une autre succulente cuvée vénétienne, celle-ci dominée par les petits fruits rouges et la prune traversés d’un judicieux filet torréfié et ponctués de voluptueux accents de noisette et de boîte à tabac. Le tout s’étale nonchalamment sur une charpente moyennement corsée et encadrée de tanins grassouillets. Du beau Valpolicella. 17/20

Solaia 2007, Antinori, Toscane (250 $ / 242 $ SAQ) – Antinori est l’un des vignerons les plus respectés d’Italie, sinon du monde, et son Solaia est l’un de ses produits haut de gamme. Composé surtout de cabernet sauvignon, assemblé avec 20 % de sangiovese et 5 % de cabernet franc, le Solaia a été « déclassé » de la catégorie DOC (Denominazione di Origene Contrallata) parce qu’il est vinifié principalement avec un cépage français; il doit ainsi afficher sur son étiquette la nomination moins prestigieuse d’IGT (Indicazione Geografica Tipica). Cela importe peu, le Solaia étant considéré un « Super-Toscan », surnom donné à ces vins « non-conformistes » mais qui dévoilent un niveau qualitatif mondialement reconnu. La version 2007 du Solaia est superbement parfumée à la groseille, à la myrtille, au chêne grillé et au grain de café torréfié. La bouche, passablement corsée et appuyée de tanins fins mais encore passablement imposants, révèle un style incontestablement moderne. Un vin de qualité supérieure et à l’aube de sa longue vie, certes, mais réservé aux riches collectionneurs d’étiquettes prestigieuses. 17/20

Brunello di Montalcino « Ugolforte » 2005, San Giorgio, Toscane (49 $) – Ce vin de sangiovese est une belle représentation du Brunello traditionnel, c’est-à-dire misant plus sur l’élégance et les nuances que sur la puissance et la concentration. Aromatisé à la griotte, à la cerise mûre, au tabac séché et à la noix grillée, ce Brunello moyennement corsé, bâti sur une trame tannique tissée serrée, révèle un corps élancé et des proportions très classiques. Bien que promis à un long avenir, il se déguste très bien dès maintenant. 17/20

Bardolino 2010, Monte del Frá, Vénétie (12 $) – Le bouquet de ce Bardolino, composé à 70 % de corvina et additionné de rondinella et de barbera, est dominé par le kirsch généreusement assaisonné de poivre noir finement moulu. Plutôt léger mais au centre fruité très expressif, ce vin dévoile des saveurs à l’avenant, des tanins souples et une personnalité tendre, gouleyante et amicale. Un très bon vin de tous les jours qui plaira à toutes les bourses. 16/20 


Vins rosés

FRANCE

Sabine 2010, Bieler Père & Fils, Coteaux d’Aix-en-Provence (13 $) –  La Provence est maître dans l’art de produire des rosés de qualité. Cet assemblage de syrah, de grenache et de cabernet sauvignon en est une belle interprétation, s’annonçant par des odeurs enchanteresses de petites baies des champs fraîchement cueillies et saupoudrées d’un soupçon de pétale de rose. Le palais, sec et expressif, dévoile de sveltes saveurs équilibrées par une saine acidité. Léger et raffiné, il fait un excellent vin d’apéritif. 17/20

Tavel 2010, Perrin & Fils, Vallée du Rhône (20 $) – Cette joyeuse concoction de grenache, de mourvèdre et de cinsault exhale de charmants parfums de cerise. Le palais s’avère frais et tendre, soutenu par une saine acidité équilibrante. Un rosé sec et moyennement corsé qui a assez de structure pour accompagner les mets. 16/20

Cet article a été publié dans Notes de dégustation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.