Quand l’univers du vin devient muse littéraire

Le vin a toujours été une source d’inspiration créative pour les artistes. Le vin donne vie à des œuvres empreintes de poésie et d’originalité. Qu’il soit représenté dans le contexte des festivités, des sensations, des goûts, du partage ou de l’ivresse, le vin a un langage qui fascine les artistes peu importe leur discipline : la chanson, le cinéma, la photographie, la peinture ou la littérature.

« L’Art et le Vin sont les joies supérieures des hommes libres. »
Aristote (384-322 av. J.-C.)
  
« L’Art et le Vin servent au rapprochement des hommes. »
Goethe (1749-1832)

La convergence du vin et de la littérature

Le vin occupe une place souveraine dans la poésie et la littérature depuis belle lurette. Aucune autre boisson n’a suscité autant d’intérêt et de respect. Le vin est un produit mystérieux et unique en son genre car il procède à la fois de la nature et de la culture, contrairement à l’eau qui relève uniquement de la nature.

Les fêtes de Dionysos en Grèce et de Bacchus à Rome étaient littéralement un hymne à l’ivresse, laquelle, croyait-on, permettait de se rapprocher de leur dieu. Depuis que l’homme a découvert le vin, il en a apprécié ses vertus enivrantes car le vin redonne aux hommes la gaieté. Pendant des millénaires, les poètes n’ont eu cesse de livrer hommage à l’ivresse créatrice et libératrice.

« L’ivresse, si elle est véritable, te fera fort ; si elle est feinte, elle peut t’être utile. »
Ovide (43 av. J.-C.- id. 18 apr. J.-C.)
  
 
 « Qui, après en avoir bu, parle des rigueurs de la guerre ou de la pauvreté ? »
Horace (65-8 av. JC)
 
« Le vin a la vertu de faire parler librement et franchement et de faire dire la vérité. »
Plutarque (50-id. 125)    
 
 

 

Bacchus

La poésie et la littérature ont également permis aux historiens de mieux tracer les origines et l’évolution du vin à travers l’Histoire et sa place dans les cultures. Ainsi, quelques siècles avant Jésus-Christ, Homère cita les crus renommés de l’Antiquité grecque, en prenant soin de détailler la façon de les boire. De plus, grâce à des auteurs tels que le poète Hésiode et l’historien Hérodote, la connaissance quant à la répartition des vignobles dans l’Antiquité a été préservée jusqu’à aujourd’hui.

 

 

« Un grand vin n’est pas l’ouvrage d’un homme, il est le résultat d’une constante et raffinée tradition. Il y a plus de mille années d’histoire dans un vieux flacon. »
Paul Claudel (1868-1955)

 

De nombreux poètes de l’Antiquité ont fait l’apologie du vin et ont loué ses vertus.

« Le vin met à jour les secrets cachés de l’âme. »
Horace (65-8 av. JC)
  
 
« Le vin vous fait un cœur d’homme. »
Homère (vers le 9e siècle av. J.-C.)
  
 
« Le vin nous invite à la danse et nous fait oublier nos maux. Sans vin, il n’y a pas d’amour. »
Euripide (480-406 av. J.-C.)
 

 

Platon aurait même affirmé que de nombreuses leçons de son maître Socrate furent données à l’occasion de repas bien arrosés. Le vin aurait-il aidé au développement de la philosophie en Occident???

« Le vin a le pouvoir d’emplir l’âme de toute vérité de tout savoir et philosophie. »
Jacques Bénigne Bossuet (1627-1704)
 
« Il y a plus de philosophie dans une bouteille de vin que dans tous les livres. »
Louis Pasteur (1822-1895)
 

 

Le vin est même cité dans la Bible. D’ailleurs, dans presque toutes les religions, la vigne et le vin sont associés au monde divin.

La symbolique de la vigne et du vin est omniprésente dans l’Ancien Testament. Bien qu’elle mette en garde contre les effets de l’alcool en narrant l’histoire de Noé qui s’enivre au vin de Mossoul, la Bible donne généralement une image positive au vin : elle relate les vertus de ce breuvage lorsque que consommé avec modération, le comparant au sang de la vie et l’associant à la symbolique de l’eucharistie.

Dans l’Évangile selon Saint Jean, Jésus déclare : « je suis le vrai cep et mon père est le vigneron. Tout sarment qui ne porte pas de fruits, il le retranche; et tout sarment qui porte du fruit il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruits. »

« Le vin réjouit le cœur des humains. »
Psaume 104, 15
 
« Le vin nourrit, rafraîchit et réjouit… Que le vin manque, les médicaments deviennent nécessaires. »
Extrait du Talmud
 
« Une barrique de vin peut faire plus de miracles qu’une église remplie de saints. »
Proverbe italien
 

 

Depuis, la vigne et les vendanges n’ont cessé d’inspirer de nombreux auteurs : Alphonse Daudet (« Trois jours de vendanges »), Alphonse de Lamartine (« La vigne et la maison »), Gustave Flaubert (« VIN : Sujet de conversation entre hommes, Dictionnaire des idées reçues ») et Paul Verlaine (« Vendanges, Jadis et naguère »).  

François Rabelais

Baudelaire rendait hommage au vin des amoureux. Colette retrouvait ses souvenirs d’enfance dans le muscat de Frontignan. Rabelais glorifiait les crus de Touraine et parlait avec amour de la « dive bouteille » : il écrivit d’ailleurs dans Gargantua « Buvez, vous ne mourrez jamais ».

Certains écrivains ont également été propriétaires de vignobles, tels que Montesquieu dans les Graves (Bordeaux) et Lamartine dans le Mâconnais (Bourgogne). 

 

 

« La vigne et le vin sont de grands mystères. Seule, dans le règne végétal, la vigne nous rend intelligible ce qu’est la véritable saveur de la terre. Quelle fidélité dans la traduction! Elle ressent, exprime par la grappe les secrets du sol. Le silex, par elle, nous fait connaître qu’il est vivant, fusible, nourricier. La craie ingrate pleure, en vin, des larmes d’or. »
Colette (1873-1954)

 

Les Gouttes de Dieu : la naissance de la culture du vin au Japon

De nos jours, l’hymne à la boisson de Bacchus continue d’inspirer les créateurs littéraires, et cela jusque dans la bande dessinée. Le meilleur exemple est le célèbre manga japonais « Les Gouttes de Dieu », écrit par Tadashi Agi et dessiné par Shu Okimoto. Le manga relate les aventures de deux jeunes Japonais s’affrontant pour découvrir treize crus et remporter ainsi l’héritage fabuleux d’un célèbre œnologue. Derrière la quête oenophile des deux jeunes héros se cache en réalité une véritable initiation au vin.

Vendu à plus de six millions d’exemplaires, ce manga est devenu un véritable phénomène d’édition (le tome 25 a été récemment publié au Japon; une quinzaine de tomes ont été publiés à ce jour en français). Grâce à l’emploi judicieux des expressions et des valeurs des jeunes et grâce à une description très respectueuse et poétique des vins, Les Gouttes de Dieu influence la vision des jeunes, surtout les trentenaires, vis-à-vis la boisson de Bacchus. Certains parlent d’une révolution culturelle. 

Le succès de ce manga est tel que des vignerons français ont acquis une notoriété inespérée au Japon grâce à une seule citation dans Les Gouttes de Dieu, leurs fioles se vendant du jour au lendemain dix fois plus cher.


Voici d’autres citations et extraits d’oeuvres littéraires qui expriment particulièrement bien l’âme chantante du vin :


« Le vin, et je parle aussi bien de ce breuvage impersonnel et courant qui rafraîchit l’honnête soif du travailleur que de ces crus antiques dont le blason empanaché honore l’armorial de nos plus belles provinces, le vin a une triple mission, il est le véhicule d’une triple communion. La communion tout d’abord avec la terre maternelle… de qui il reçoit à la fois âme et corps. En second lieu la communion avec nous-mêmes. C’est le vin tout doucement qui échauffe, qui dilate, qui épanouit les éléments de notre personnalité… qui nous ouvre sur l’avenir les perspectives les plus encourageantes. Le vin est le professeur du goût, le libérateur de l’esprit et l’illuminateur de l’intelligence. Enfin le vin est le symbole et le moyen de la communion sociale ; la table entre tous les convives établit le même niveau, et la coupe qui y circule nous pénètre, envers nos voisins, d’indulgence, de compréhension et de sympathie. »
Paul Claudel (1868-1955)
  
  « Mettez un homme fatigué devant un repas copieux, il va manger avec effort et se sentira peut-être mieux. Donnez-lui un verre de vin ou d’alcool, il va immédiatement revenir à son meilleur état : vous le voyez revivre sous vos yeux. »
Brillat-Savarin (1755-1826)
 
 « Bacchus : nom donné à une divinité bien complaisante qui fut inventée par les anciens pour avoir une bonne excuse de devenir saoul. »
Ambroise Bierce (1842-1914)
  
  « Le vin est ce qu’il y a de plus civilisé au monde. »
Ernest Hemingway (1899-1961) 
 
« Le bon vin possède une double vertu. Il vous monte au cerveau,… vous sèche les sottes et mornes et âcres vapeurs,… vous fait l’entendement sagace, vif, inventif… Sa seconde vertu est de réchauffer le sang… C’est du vin que vient la vaillance. »
Shakespeare (1564-1616) 
 
« Profondes joies du vin, qui ne vous a connues ? Quiconque a un remords à apaiser, un souvenir à évoquer, une douleur à noyer, un château en Espagne à bâtir, tous, enfin, vous ont invoqué, dieu mystérieux caché dans les fibres de la vigne. Qu’ils sont grands les spectacles du vin illuminés par le soleil intérieur, qu’elle est vraie et brûlante, cette seconde jeunesse que l’homme puise en lui! Mais combien sont redoutables aussi ses voluptés foudroyantes et ses enchantements énervants. Et, cependant, en votre âme et conscience, juges, législateurs, hommes du monde, vous tous que le bonheur rend doux, à qui la fortune rend la vertu et la santé faciles, dites, qui de vous aura le courage impitoyable de condamner l’homme qui boit du génie. »
Charles Baudelaire (1821-1867) 
 
« Qui sait déguster ne boit plus jamais de vin mais goûte des secrets. »
Salvador Dali (1904-1989) 
 
« Le Vin est le professeur du goût, le libérateur de l’esprit, l’illuminateur de l’intelligence. »
 Paul Claudel (1868-1955) 
 
« Les vieux amis sont comme les vieux vins qui, en perdant de leur verdeur et de leur mordant, gagnent en chaleur suave. »
Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
 
 « Qu’ils sont doux bouteille jolie
Vos petits glouglous
Mon sort ferait bien des jaloux
Si vous étiez toujours remplie
Oh, bouteille, ma mie
Pourquoi vous videz-vous ? »
Molière (1622-id. 1673), dans Le médecin malgré lui 
 
« N’est-il pas raisonnable de penser que les gens qui ne boivent jamais le vin sont des imbéciles ou des hypocrites, des imbéciles, c’est-à-dire ne connaissant ni la nature, ni l’homme, etc., des hypocrites, c’est-à-dire des gourmands honteux, des fanfarons de sobriété, buvant en cachette ou ayant quelque vie occulte… Un homme qui ne boit que de l’eau a un secret à cacher à ses semblables. »
Charles Baudelaire (1821-1867)
 
 « Qui n’aime point le vin, les femmes ni le chant,Restera un sot toute sa vie durant. »
Martin Luther (1483-1546)
 
 « Dieu n’avait fait que l’eau, mais l’homme a fait le vin. »
Victor Hugo (1802-1885), dans La Fête chez Thérèse 
 
« Il s’agit du vin, c’est-à-dire de la partie intellectuelle d’un repas. Les viandes n’en sont que la partie matérielle. »
Alexandre Dumas (1762-1806)
 
 « Le vin est le breuvage le plus sain et le plus hygiénique qui soit. »
Louis Pasteur (1822-1895) 
 
« La pénicilline guérit les humains : le vin les rend heureux. »
Sir Alexander Fleming (1881-1955)
 
 « Le vin console les tristes, rajeunit les vieux, inspire les jeunes, soulage les déprimés du poids de leurs soucis. »
Lord Byron (1788-1824) 
 
« Si le vin disparaissait de la production humaine, je crois qu’il se ferait, dans la santé et dans l’intellect, un vide, une absence, une défection, beaucoup plus affreux que tous les excès dont on rend le vin responsable. »
Charles Baudelaire (1821-1867) 
 
 
 
 
 « In vino veritas (la vérité est dans le vin). »
Pline l’Ancien (23-79 apr. J.-C.)
 

Cet article, publié dans Sur la sellette, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.