Nouveaux arrivages de la LCBO – 19 février 2011

J’ai dégusté récemment une sélection de produits qui seront disponibles via la section Vintages (où sont vendus les produits plus « haut de gamme ») de la Liquor Control Board of Ontario (LCBO) à partir du 19 février, commentés ci-dessous. Cette liste n’est pas exhaustive : plusieurs autres vins et spiritueux seront également mis en vente chez Vintages au courant du mois. Vous pouvez consulter la liste complète des produits sur le site Web de la LCBO.

Tous les prix inscrits ci-dessous sont pour des bouteilles de 750 ml, à moins d’indication contraire, et sont arrondis au dollar près. Certaines de ces fioles sont également disponibles à la Société des Alcools du Québec (SAQ) : le prix y est indiqué avec le code SAQ. La mention « nd » indique soit que le produit sera disponible sous peu à la SAQ et que le prix n’était pas confirmé au moment de la publication de cette chronique, ou alors un autre millésime du même produit est présentement sur les tablettes de la SAQ.

Préférablement, vous devriez vérifier la disponibilité des produits avant de vous déplacer à votre succursale puisque les quantités sont parfois limitées.

Je vous invite à porter une attention particulière à mes Coup de cœur blanc et Coup de cœur rouge parmi les nouveaux arrivages du 19 février.



Mon système de notation sur une échelle de 20 points se définit comme tel :

0-10 points — le vin affiche un défaut évident – en règle générale, je ne commente pas ces vins sur mon blog.

11-14 points — le vin est quelque peu déficient au plan qualitatif; malgré cela, si le prix vous convient, il peut vous apporter du plaisir.

15-16 points — cuvée bien vinifiée qui mérite votre attention si le prix vous convient.

17-18 points — cuvée hautement recommandable peu importe la plage de prix.

19-20 points — fabuleuse expérience bachique qui génère des émotions et qui laisse des souvenirs indélébiles.


Vins blancs

AFRIQUE DU SUD

Sauvignon Blanc 2009, Brampton (Rustenberg Wines), Western Cape (14 $ / 15  SAQ) – Ce sauvignon blanc se reconnaît au nez à ses senteurs extraverties d’agrumes, de groseille et de petit pois vert. L’ensemble est caractérisé par une saine acidité et des saveurs franches et persistantes. Une belle interprétation du sauvignon sud-africain. 16/20

ÉTATS-UNIS

Chardonnay, Russian River Valley 2007, Davis Bynum, Californie (25 $) – Doté d’une palette aromatique expressive aux dominantes de pomme jaune chevauchées de judicieuses notes grillées et beurrées, ce chardonnay ample et sphérique est bâti sur une structure élancée et élégante. Il brille par sa plénitude, son harmonie d’ensemble et la presque interminable persistance de ses saveurs. Une grande réussite californienne.  18/20

Fumé Blanc, Sonoma County 2009, Ferrari-Carano, Californie (20 $) – Les Américains utilisent l’expression Fumé Blanc pour désigner un vin composé du cépage sauvignon blanc. Ferrari-Carano nous offre ici une cuvée accessible aux douces émanations d’agrumes rehaussées d’accents herbacés. Le tout se poursuit sur un palais moyennement corsé et encadré d’une acidité pondérée.  16/20

FRANCE

Meursault 1er Cru Les Poruzots 2007, Château de Puligny-Montrachet, Bourgogne (80 $) – Le nez de ce chardonnay bourguignon regorge d’arômes de pomme verte et d’amande blanchie, lesquels sont entrelacés d’une jolie touche citronnée. L’ensemble en bouche s’avère plutôt léger et un peu austère pour le moment, ce qui est normal pour un meursault premier cru si jeune. Cette cuvée incroyablement structurée et racée requiert au moins trois ans de garde supplémentaire pour acquérir davantage de rondeur et de complexité.  18/20

Gewürztraminer Réserve 2008, Domaine Saint-Rémy, Alsace (19 $) – Voilà un gewürztraminer fabuleusement exubérant aux aromates de salade de fruits et de litchi, chargés d’insistantes et magnifiques notes épicées. Plutôt sec, ample et suave, cet alsacien dévoile en bouche d’agréables échos épicés, lesquels s’étalent langoureusement sur une finale bavarde. D’un charme fou.  18/20

Riesling « Les Princes Abbés » 2007, Domaine Schlumberger, Alsace (19 $ / 21 $ SAQ) – Le nez enivrant de ce noble riesling est parsemé d’amples arômes d’abricot, d’ananas et de miel blond, accentués d’une touche pétrolée si typique au cépage. Presque sec malgré son fruit mûr et intense en bouche, cette cuvée est caractérisée par la netteté exemplaire de ses saveurs, par une acidité coupée au couteau et par une texture fraîche et pénétrante. Un beau riesling alsacien, racé et classique.  17/20

Pouilly-Fumé « Villa Paulus » 2008, Domaine Masson-Blondelet, Loire (25 $) – Voilà un sauvignon blanc infusé au citron et à la pomme verte, traversé d’un élégant filet minéral. Expressif et droit, le vin dévoile une acidité équilibrante qui assure la fraîcheur du vin. Un beau Pouilly-Fumé.  16/20

NOUVELLE-ZÉLANDE

Sauvignon Blanc 2009, Spy Valley, Marlborough (16 $) – La combinaison des longues nuits fraîches et des journées chaudes et sèches de Marlborough permet au raisin d’atteindre une excellente maturité. Le domaine Spy Valley nous offre ici une cuvée très réussie, aux senteurs volubiles de pamplemousse blanc traversées d’un succulent filet d’herbe fraîchement coupée et d’asperge. Au palais, le vin est gorgé d’un fruité tendre et juteux, appuyé d’une acidité franche et tonifiante qui procure fraîcheur et cohésion à l’ensemble. Voilà un sauvignon blanc qui incarne parfaitement le style néo-zélandais. Le résultat est convaincant et m’enthousiasme : j’en fais ainsi mon Coup de Coeur blanc parmi les nouveaux arrivages du 19 février.  18/20

 

Le domaine Spy Valley

  
 

Vins rouges

CHILI

Carmenère Reserva 2008, Casa Silva, Vallée de Colchagua (15 $ / nd SAQ) – Voilà une grande réussite chilienne, aux parfums attrayants de groseille, de fumée et de rafle. Les saveurs modérément charnues et percutantes sont appuyées de tanins nobles et d’une structure élancée, le tout se poursuivant sur une finale dynamique et persistante. Se démarquant par ses proportions classiques et la qualité irréprochable de sa matière fruitée, ce vin est une superbe représentation du carmenère, un cépage d’origine française mais réellement une spécialité chilienne : il s’impose ainsi comme mon Coup de coeur rouge parmi les nouveaux arrivages du 19 février.  18/20

Cabernet Sauvignon « Don Melchor » 2006, Concha y Toro, Vallée de Maipo (70 $ / 71 $ SAQ) – Du verre jaillit un merveilleux bouquet encensé à la mûre, au grillé et au grain de café torréfié. La bouche dévoile une superbe présence fruitée, une matière riche et charnue, des tanins finement tissés et une excellente allonge des saveurs. L’ensemble, de style indéniablement moderne, révèle une structure et une profondeur qui font du Don Melchor un modèle de vin chilien. Encore bien ancré dans sa jeunesse, il est néanmoins promis à un long et brillant avenir. Incontestablement, une grande fiole mais oh! combien dispendieuse.  17/20

Pinot Noir Reserva 2008, Veramonte, Vallée de Casablanca (16 $) – Léger et aromatique, ce pinot noir souple et sphérique révèle des flaveurs de petits fruits rouges et de rose fanée. Soutenu par une acidité vivifiante, il se conclut allègrement sur des notes de framboise. Digeste et sapide, il fera des heureux à la table.  15/20

ESPAGNE

Garnacha, San Alejandro 2009, Las Rocas, Calatayud (15 $) – Cette fiole ibérique de garnacha (grenache en français) révèle un bel étagement d’arômes et de saveurs portés sur la baie des champs et le poivre noir finement moulu. En bouche, on se laisse charmer  par une présence fruitée pondérée et enveloppée de tanins dodus, le tout se prolongeant jusqu’à une finale au registre indéniablement poivré. Un excellent rapport qualité.  17/20

Cabernet Sauvignon Reserva 2005, Jean León, Peñedés (29 $) – Le nez de cette cuvée est doté de douces senteurs de griotte et de grillé bien intégré, saupoudrées d’un peu d’orge concassée. Le tout s’étale par la suite au palais sur une structure moyennement corsée, appuyée d’une judicieuse trame tannique qui a déjà commencé à s’assagir.  16/20

René Barbier

Cabernet Sauvignon Crianza « Selección » 2006, René Barbier, Peñedés (20 $) – Cet autre cabernet sauvignon ibérique évoque au nez la prune noire, la cerise rouge et le sucre d’orge, agrémentés de quelques notes d’encens. Le palais révèle un corps moyennement corpulent et appuyé d’une trame tannique bien tissée. « Crianza » est un terme qui signifie que le vin a été élevé un an en barrique de chêne.  16/20

ÉTATS-UNIS

Pinot Noir « Las Alturas Vineyard », Santa Lucia Highlands, Monterey County 2008, Belle Glos (Clarke & Telephone Vineyard), Californie (40 $) – Ce joli pinot noir californien s’avère d’emblée séduisant à l’olfactif avec ses généreux élans aromatiques portés sur la griotte et le pétale de rose, rehaussés d’un fin filet fumé. On retrouve au palais cette même générosité aromatique, avec du fruit passablement puissant et dense pour la variété. Les saveurs opulentes sont enveloppées d’une texture quasi soyeuse et de tanins granuleux. Du beau pinot noir américain, pas donné mais aromatiquement mémorable. 16/20

Merlot « Winemaker’s Blend », Napa & Sonoma Counties 2007, Ghost Pines (Louis M. Martini Winery), Californie (20 $) – Cette fiole de merlot, cépage mal-aimé depuis le film À la dérive (Sideways), affiche des arômes très plaisants de cassis fumé et de grain de café torréfié. La bouche, modérément riche et nourrie, est appuyée de tanins équilibrants et se conclut sur une finale volubile. Cette cuvée a été vinifiée dans le respect de la typicité du cépage merlot et elle démontre une utilisation judicieuse de la barrique de chêne : le résultat est très convaincant, surtout à ce prix.  16/20

FRANCE

Châteauneuf-du-Pape « Cuvée du Baron » 2007, Château Fortia, Vallée du Rhône (35 $ / 34 $ SAQ) – Ce vin de grenache (55 %) assemblé avec de la syrah (35 %) et du mourvèdre (5 %) respire le petit fruit rouge agrémenté d’heureux accents de fines herbes, de fleurs coupées et de réglisse rouge. La bouche, moyennement corsée et tannique, déploie par paliers des saveurs élégantes et relevées par une bonne acidité, le tout se prolongeant jusqu’à une finale typiquement chaude et ensoleillée.  17/20

Corbières « Tradition » 2009, Château Pech-Latt, Languedoc-Roussillon (17 $) – Ce Corbières dévoile un nez joliment parfumé à la mûre, à la cerise et au chêne judicieusement grillé et épicé. Le palais, plutôt charnu, gourmand et modérément tannique, révèle une vitalité tonifiante et une chaleur propre aux vins du Languedoc-Roussillon. Un vin honnête et rassasiant. 16/20

Cabernet Sauvignon 2009, Domaine de Gourgazaud, Vin de pays d’Oc (12 $) – Cette fiole du Midi de la France semble aromatisée à la groseille et à la cerise macérée, rehaussée en arrière-plan de tonalités d’eau-de-vie et de gousse de vanille. Modérément charnu et tannique, le palais s’avère un peu cru et capiteux mais il dévoile néanmoins une franche et digeste vivacité. Bien pour un vin dans cette catégorie de prix.  14/20

ISRAËL

Yiron KP 2006, Galil Mountain, Haute Galilée (34 $) – Ce vin kosher est un assemblage bordelais de cabernet sauvignon (58 %), de merlot (37 %) et de cabernet franc (5 %). Il révèle une palette aromatique passablement complexe où se chevauchent des parfums de groseille, de cerise, de gibier et de torréfaction saupoudrés de fins copeaux de chocolat noir. Le tout se poursuit en bouche sur une charpente affichant une bonne extraction du fruit, des tanins modérés et une finale ample.  16/20

Merlot « Galil Series » 2009, Tabor, Basse Galilée (15 $) – Voilà un autre vin kosher issu d’un domaine viticole centenaire et dominé par la cerise rouge. En bouche, on découvre un vin plutôt léger bien qu’expressif, aux tanins joliment intégrés à la matière fruitée. Vinifié dans un style simple mais enjôleur, ça demeure un bon vin de tous les jours.  14/20

ITALIE

Tenuta di Castiglioni 2008, Marchesi de’ Frescobaldi, Toscane (22 $ / 25 $ SAQ) – Ce vin de cabernet sauvignon auquel on a ajouté un peu de merlot, de cabernet franc et de sangiovese (donc un vin IGT – Indicazione Geografica Tipica) révèle un caractère avenant et porté d’abord sur la cerise juteuse et les fleurs fraîchement cueillies, lesquelles laissent ensuite place à de charmantes tonalités d’encens, de café et de boîte à tabac. À la fois percutant et engageant, le Castiglioni s’avère modérément charnu et révèle une bonne allonge des saveurs. Une acidité équilibrante et digeste ragaillardit les saveurs et donne de l’élan et de l’allant à l’ensemble. On peut le déguster dès maintenant mais il tiendra la route facilement pour une décennie.  18/20

Chianti Classico 2008, Castellare di Castellina, Toscane (19 $) – Cette heureuse fiole composée surtout de sangiovese dégage de douces odeurs de cerise ponctuées de légères notes terreuses. Voilà un excellent Chianti de facture traditionnelle, sympathique et éminemment racoleur, dont les saveurs élancées et moyennement corsées sont encadrées de tanins dodus. Un Chianti convivial qui s’avérera un bon compagnon à la table.  17/20

Dogliani « Abbona » 2008, Papà Celso, Piémont (20 $) – Cette cuvée à base de dolcetto, un cépage cultivé quasi exclusivement dans le Piémont et qui donne des vins plutôt légers, gouleyants et faciles à boire. Cette version 2008, dominée par la griotte, le grain de café torréfié et le pétale de rose, s’avère très fruitée au palais.  Voilà un vin original, amical et sans fioritures; une belle interprétation du dolcetto, à déguster dans sa jeunesse.  17/20

Cabernet Sauvignon « Poggio al Tufo », Maremma 2008, Tommasi, Toscane (16 $) – Les effluves de ce cabernet sauvignon évoquent la prune, la groseille et l’encens, entrelacés d’accents de boîte à tabac et de fleurs séchées. Moyennement corsée et modérément tannique, cette cuvée est incontestablement bien vinifiée et nous envoûte assurément malgré qu’elle évoque peu le profil typique du cépage cabernet sauvignon. Alliant magnifiquement plénitude et vitalité, ce vin est un vibrant témoignage de la qualité du terroir Maremma.  17/20

Cabernet Franc, Lison-Pramaggiore 2008, Santa Margherita, Frioul (13 $) – Voilà un produit quelque peu inusité… un cabernet franc italien. Cette fiole de Santa Margherita, une importante cave vinicole, révèle un nez éclatant de vivacité et de jeunesse, aux senteurs de petits fruits des champs et de rose, complexifiées par un soupçon légèrement terreux. Plutôt léger sans être dénué d’expression aromatique, il est affublé d’une trame tannique noble et d’une saine acidité équilibrante. Il se conclut sur une finale bavarde, aux heureux échos fruités. Un très bon rapport qualité-prix.  15/20

NOUVELLE-ZÉLANDE

Pinot Noir « Te Muna » 2008, Pond Paddock, Martinborough (25 $) – Voilà un pinot noir sculpté avec doigté, au bouquet évoquant la framboise légèrement fumée et le pétale de rose. En bouche, le vin révèle des saveurs nettes et à l’avenant qui s’étalent langoureusement sur une finale fraîche et juteuse. Le Te Muna s’exprime avec franchise et clarté. La Nouvelle-Zélande s’est d’abord démarquée sur les marchés d’exportation avec ses sauvignons blancs friands et peu dispendieux. Maintenant, elle semble vouloir répéter cet exploit avec ses pinots noirs. Cette cuvée de Pond Paddock est certes un bel exemple du niveau de qualité remarquable des pinots noirs néo-zélandais.  18/20

PORTUGAL

Vinho Regional Alentejano 2007, Herdade Paço do Conde (15 $) – Cette joyeuse concoction d’aragones, de trincadeira, d’alicante bouschet et de cabernet sauvignon explose de senteurs de cerise, de fumée et de café. La bouche révèle une personnalité moderne et harmonieuse, aux saveurs pleines et moyennement charnues qui se concluent sur une finale délirante de vivacité. Cette cuvée nous en donne beaucoup pour notre argent.  16/20



 
Cet article a été publié dans Notes de dégustation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.