Nouveaux arrivages de la LCBO – 4 septembre 2010

J’ai dégusté récemment une sélection de produits qui seront disponibles via la section Vintages (où sont vendus les produits plus « haut de gamme ») de la Liquor Control Board of Ontario (LCBO) au courant du mois de septembre. Ci-dessous, vous trouverez mes notes de dégustation pour les nouveaux arrivages qui seront disponibles en date du 4 septembre. Cette liste n’est pas exhaustive : plusieurs autres vins et spiritueux seront également mis en vente chez Vintages au courant du mois. Vous pouvez consulter la liste complète des produits sur le site Web de la LCBO.

Tous les prix inscrits ci-dessous sont pour des bouteilles de 750 ml, à moins d’indication contraire. Certaines de ces fioles sont également disponibles à la Société des Alcools du Québec (SAQ) : le prix y est indiqué avec la mention « SAQ ». La mention « nd » indique soit que le produit sera disponible sous peu à la SAQ et que le prix n’était pas confirmé au moment de la publication de cette chronique, ou alors un autre millésime du même produit est présentement sur les tablettes de la SAQ.

Préférablement, vous devriez vérifier la disponibilité des produits avant de vous déplacer à votre succursale puisque les quantités sont parfois limitées.

Je vous invite à porter une attention particulière à mes Coup de cœur blanc et Coup de cœur rouge parmi les nouveaux arrivages du 4 septembre.


Vins blancs

ARGENTINE

Sauvignon Blanc « B Crux » 2008, O. Fournier, Mendoza (20 $) – Cette cuvée andine s’annonce par des arômes de pamplemousse blanc, de lime et de papaye verte, le tout se prolongeant sur un palais sec et moyennement corsé. L’ensemble est soutenu d’une acidité modérément prononcée pour le cépage mais néanmoins suffisamment tendue pour porter les saveurs jusqu’à la finale expressive.  15/20

CANADA

Viognier « Small Lots », Osprey Ridge Vineyard 2009, Sandhill, Vallée de l’Okanagan (25 $) – Cette cuvée de viognier respire la raisin vert et la pomme verte, traversé d’un fin filet d’alcool typique au cépage. Le tout se poursuit sur un palais modérément charnu et soutenu par une acidité pondérée, pour se conclure allègrement sur une finale d’une excellente allonge et parfumée de tonalités de raisin vert de table. Le domaine n’a produit que 615 caisses de cette cuvée.  15/20

CROATIE

Grasevina 2008, Krizevci, Région de Kalnik (12 $) – Voilà une fiole inusitée composée du cépage indigène grasevina, aussi connu sous les noms laski rizling et welschriesling (rien à voir avec le riesling). Le vin est tout à fait honnête avec ses arômes de pomme verte aromatisés d’un soupçon de poire verte et de fumée. Plutôt léger et relevé d’une acidité moyenne, le vin offre certes un bon rapport qualité-prix. Néanmoins, je ne lui ai rien trouvé de particulièrement exotique ou unique qui reflèterait une notion de « terroir croate ». C’est un vin acceptable et satisfaisant mais toutefois commun, à l’instar de milliers de cuvées d’entrée de gamme produites dans multiples zones viticoles sur la planète.  14/20

FRANCE

Gewürztraminer, Kuhlmann-Platz 2008, Cave vinicole de Hunawihr, Alsace (18 $) – Ce gewürztraminer tout à fait enchanteur est typiquement parfumé à la salade de fruit et rehaussé de séduisantes tonalités florales et épicées. Vinifié dans un style plutôt sec, cet alsacien moyennement corsé dévoile en bouche une belle rondeur des saveurs. Celles-ci se concluent sur une finale très persistante, aux heureux échos des arômes. Pour son exubérance éhontée et son excellent rapport qualité-prix, j’en fais mon Coup de coeur blanc parmi les nouveaux arrivages du 4 septembre. 18/20

Meursault « Les Clous » 2007, Bouchard Père & Fils, Bourgogne (45 $) – Bouchard, l’un des plus grands domaines bourguignons, nous offre ici un meursault encensé à la pomme Granny Smith et à la pâte d’amande. La bouche, moyennement corsée et superbement structurée, est soutenue par une noble et saine acidité. La finale aurait pu être un peu plus longue, mais ça demeure un vin tendre, profond et éminemment plaisant.  18/20

Mâcon-Verzé « Le Chemin Blanc » 2008, Nicolas Maillet, Bourgogne (20 $) – On découvre à l’olfactif des arômes dominants de poire, de pomme jaune et de chêne grillé. Moyennement corsé et plutôt persistant, ce chardonnay bourguignon pêche par un léger manque de structure. Toutefois, il est accessible dès maintenant et il s’avèrera un bon compagnon à la table, particulièrement avec les poissons grillés, les crustacés, les escargots et la blanquette de veau.  15/20

NOUVELLE-ZÉLANDE

 

Kim Crawford

Pinot Gris « Boyszone » 2007, Kim Crawford, Marlborough (26 $)

Voici un pinot gris aux réminiscences de fruits à chair blanche qui s’étalent en bouche sur un ensemble plutôt léger et un peu mûr. J’aurais aimé un peu plus d’expression aromatique dans cette cuvée de pinot gris, un cépage alsacien généralement volubile, mais le vin offre en contrepartie une envoûtante texture ronde et grasse qui enveloppe joyeusement les papilles gustatives.  16/20

Sauvignon Blanc 2008, Wakefield, Adelaide Hills (17 $) – Ce vin semble aromatisé à la pomme verte et aux agrumes (surtout de la lime et du pamplemousse blanc). Ses saveurs juteuses et un peu mûres sont enveloppées d’une acidité modérée et se terminent sur une honnête finale. Un bon vin de tous les jours.  14/20


Vins rouges

AUSTRALIE

Grenache « Bush Vine » 2008, Yalumba, Barossa (20 $ / 20 $ SAQ) – Ce très beau spécimen australien révèle à l’olfactif de somptueuses senteurs de baies rouges, de grains de café et de fleurs coupées. Le palais révèle un ensemble équilibré qui allie finesse et puissance des saveurs. Voici un excellent grenache australien d’entrée de gamme.  17/20

CANADA

One « Small Lots », Phantom Creek Vineyard 2007, Sandhill, Vallée de l’Okanagan (35 $) – Cet assemblage réussi de cabernet sauvignon, de petit verdot et de malbec (des cépages bordelais) évoque la groseille et les épices diverses enveloppées d’un séduisant voile d’encens et de café torréfié. Le palais, moyennement corsé et volubile, est encadré d’une trame tannique finement tissée et se conclue sur une finale très élégante. Le domaine n’a produit que 498 caisses de cette cuvée.  17/20

ESPAGNE

Celeste Crianza 2006, Miguel Torres, Ribera del Duero (20 $ / nd SAQ) – Le Celeste exhale d’amples élans aromatiques portés sur la cerise, le grain de café torréfié, le chêne grillé et le chocolat au lait. Cette savoureuse cuvée de tempranillo, vinifiée dans un style moderne, s’avère plutôt corsée, mûre et modérément tannique. Elle affiche de jolis rappels des arômes en bouche et elle se prolonge sur une finale tout aussi généreuse que vibrante.  16/20

FRANCE

Beaune 1er Cru « Teurons » 2007, Bouchard Père & Fils, Bourgogne (50 $) – Le bouquet séduisant de ce grandiose cru bourguignon semble assaisonné de petits fruits des champs qui s’étalent sur un fond subtilement fumé, épicé et animal. Au palais, ce pinot noir tout à fait exquis se signale par son caractère épanoui et fin, son élégance racée et ses courbes sensuelles. Bien qu’il vieillira avec grâce pendant une décennie sinon davantage, il est déjà difficile de lui résister. Expression irréprochable et triomphale de l’appellation Beaune, il s’impose ainsi avec aisance, malgré son prix, comme mon Coup de coeur rouge parmi les nouveaux arrivages du 4 septembre.  19/20

Volnay « Vieilles Vignes » 2007, Domaine Joseph Voillot, Bourgogne (38 $ / nd SAQ) – Le nez de ce délectable pinot noir évoque la griotte et la framboise épicée. La bouche, friande, harmonieuse et glorieusement expressive, révèle des tanins nobles et une bonne allonge des saveurs. L’ensemble est joliment façonné et d’une grande précision aromatique. Incontestablement, un vin hautement civilisé et, qui plus est, accessible dans sa jeunesse.  18/20

Châteauneuf-du-Pape 2007, Domaine du Vieux Lazaret, Vallée du Rhône (33 $ / 28 $ SAQ) – Le nez gracieux de cet assemblage dominé par le grenache est porté sur les petites baies rouges ponctuées d’accents floraux et torréfiés. Léger sans être dénué d’expression aromatique, ce Lazaret issu d’un excellent millésime dévoile une trame tannique finement tissée et une élégance très typique des vins de ce domaine. Un très beau Châteauneuf-du-Pape et un vin convivial à la table.  17/20

 

Grappe de syrah

Crozes-Hermitage « Domaine des Grands Chemins » 2007, Delas, Vallée du Rhône (28 $ / 29 $ SAQ) – Cette succulente fiole dégage des senteurs très typiques au cépage syrah : groseille, bleuet, violette, gibier et poivre noir finement moulu. La bouche, moyennement corsée et modérément tannique, se révèle juteuse et croquante; l’ensemble s’étale avec grâce sur une finale indéniablement et merveilleusement poivrée. Du beau Crozes-Hermitage!  17/20

Lalande de Pomerol 2001, Château Tour Saint-André (André Chatonnet), Bordeaux (24 $) – Ce bordelais à dominante de merlot et aux reflets tuilés semble infusé à la prune rouge et à la cerise surmûrie saupoudrées d’un soupçon d’épices mélangées et de poussière de terre. Moyennement corsé et encore passablement tannique malgré son âge, il commence malgré tout à révéler le passage du temps; on peut le boire dès maintenant.  16/20

Gigondas « Romane Machotte » 2007, Pierre Amadieu, Vallée du Rhône (23 $) –Cette cuvée de grenache assemblée avec 15 % de syrah est dotée d’arômes de cerise et de myrtille, lesquels sont finement rehaussés de notes de cuir. Ce rhodanien est caractérisé par la précision de ses saveurs, sa charpente pondérée et racée de même que sa trame tannique élégante. Toutefois, si vous pouviez laisser reposer cette cuvée pendant au moins trois ans, votre patience en serait grandement récompensée.  16/20

Vacqueyras « Les Hauts du Castellas » 2007, Vignerons de Caractère, Vallée du Rhône (17 $) – Le nez de cet autre rhodanien est dominé par les petits fruits rouges fraîchement cueillis et agrémenté de tonalités de gibier et de rose fanée. Moyennement corsé et modérément tannique, ce grenache assemblé avec de la syrah et du carignan s’avère vineux et puissant en bouche; il dévoile une vitalité ensoleillée propre au Midi de la France. Une belle introduction aux vins du Vacqueyras.  16/20

Côtes-du-Rhône « Cuvée du Comte » 2007, Les Vignerons de la Suzienne, Vallée du Rhône (16 $) – Ce Côtes-du-Rhône est une délicieuse concoction de cerise, de prune, de groseille et de bleuet complexifiée par un peu de gousse de vanille, de cuir animal et de selle de cuir tanné. La bouche, moyennement corsée, révèle un fruité généreux appuyé de judicieux tanins. Cette cuvée en offre beaucoup pour 16 $.  15/20

HONGRIE

Kékfrancos 2008, Takler, Skekszárd (13 $) – Cette fiole hongroise est possiblement la meilleure représentation du cépage kékfrancos qu’il m’ait été donné de déguster à ce jour. Le nez révèle des parfums de petits fruits rouges et de poivre noir, complexifiés par des accents de gibier. Le palais révèle des saveurs moyennement corsées et harmonieuses, lesquelles sont encadrées d’une trame tannique au grain fin. Expressif, charmant et rassasiant, ce kékfrancos a tout pour plaire et il s’avérera un bon compagnon à la table, particulièrement avec les viandes grillées. À découvrir.  17/20

ITALIE

Chianti Classico 2006, Castello di Brolio (Barone Ricasoli), Toscane (55 $ / nd SAQ) – Ce Chianti est doté d’arômes de cerise noire, de mûre, de café espresso, d’encens et de terre fraîchement remuée. En bouche, on se laisse charmer par une matière fruitée plantureuse, une heureuse acidité et des tanins judicieusement dosés. Un beau sangiovese moderne et généreux, mais dont le prix me semble artificiellement gonflé.  16/20

Cormì 2006, Zenato, Vénétie (18 $) – Le nez, invitant, regorge de doux arômes de mûre, de prune noire, de café et de chêne judicieusement grillé. La bouche, plutôt corsée et mûre, dévoile de gouleyantes saveurs qui se poursuivent sur une finale indéniablement et agréablement grillée. Les amateurs de vins pétulants et opulents apprécieront cet assemblage original de merlot et de corvina.   15/20

LIBAN

Prieuré 2007, Château Ksara, Vallée de Bekaa (14 $ / 14 $ SAQ) – Cet assemblage réussi de cinsault et de carignan, auquel on a ajouté un peu de syrah et de cabernet sauvignon, dégage d’heureux effluves de griotte, de prune et de torréfaction, rehaussés d’insistantes notes de boîte à tabac, d’épices et de viande grillée. Ce petit bijou libanais révèle beaucoup de complexité et d’élégance, ce qui surprend pour un vin de cette gamme de prix. À notre grand bonheur, cette gouleyante cuvée, moyennement corsée et modérément tannique, offre sans conteste un rapport qualité-prix supérieur. Voilà un beau vin de terroir hautement recommandable.  17/20

NOUVELLE-ZÉLANDE

Pinot Noir « Voyage » 2008, Astrolabe, Marlborough (25 $) – Du nez exhalent des senteurs de framboise musquée et de rose. De léger à moyennement corsé, le palais révèle une matière fruitée éclatante et encadrée de tanins bien intégrés. La Nouvelle-Zélande s’est d’abord démarquée sur les marchés d’exportation avec ses sauvignons blancs friands et peu dispendieux. Maintenant, elle semble vouloir répéter cet exploit avec ses pinots noirs. Cette cuvée d’Astrolabe est certes un bel exemple du niveau de qualité des pinots noirs néo-zélandais.  18/20

Pinot Noir « Big Barrel » 2008, Steve Bird Winery, Marlborough (27 $) – Un autre succulent pinot noir néo-zélandais dont le nez évoque la framboise légèrement aromatisée au parfum de rose. Légère, sans toutefois être dénuée de matière, et révélant des tanins souples, cette cuvée s’avère rassasiante dans l’ensemble et conviviale à la table.  17/20


Vins liquoreux

AUTRICHE

Trockenbeerenauslese « Prestige » 2007, Lenz Moser, Burgenland (19 $ pour 375 ml / 20 $ SAQ pour 375 ml) – Ce vin de dessert autrichien, habillé de jaune cuivré, révèle un nez exubérant et porté sur la marmelade d’abricot, le zeste d’orange et le miel blond. Au palais, un moelleux profondément insistant et une superbe acidité racée se côtoient sur des notes de fruits confits jusqu’à une finale interminable. Le terme trockenbeerenauslese désigne les vins issus de raisins très mûrs et atteints par le botrytis cinerea; le botrytis, surnommé la pourriture noble, est un champignon qui boit l’eau contenue dans les raisins, contribuant ainsi à accroître le taux de sucre des fruits et à apporter de la complexité aux vins.  16/20

HONGRIE

Tokaji « Hárslevelu Late Harvest » 2008, Béres, Tokaj-Hegyalja (13 $ pour 500 ml) – Le hárslevelu est un cépage hongrois indigène dont le nom signifie « feuille de tilleul ». Cette vendange tardive éloquente de Béres, d’un profond jaune doré, semble infusée aux agrumes confits et au zeste d’agrumes ponctués de somptueuses tonalités mielleuses. Le tout se poursuit langoureusement au palais sur une structure d’une grande harmonie où le moelleux et l’acidité se soutiennent mutuellement jusqu’à une grandiose finale très allongée. Rapport qualité-prix supérieur.   18/20

PORTUGAL

LBV « Dalva » 2004, C. da Silva, Douro (18 $) – Ce Late Bottle Vintage (LBV), vêtu d’une robe rubis, révèle un bouquet aux doux parfums de cerise noire mûre, de pruneau et de chêne grillé, saupoudrés d’une touche d’épices et de tabac séché. En bouche, on découvre des saveurs riches et opulentes, encore resplendissantes de jeunesse, qui perdurent longtemps en finale. Un excellent porto LBV dans cette gamme de prix.  16/20

Cet article a été publié dans Notes de dégustation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.