Château Puech-Haut

En mars 2010, j’ai eu le grand plaisir de déguster, au Salon des Vins et Spiritueux de Montréal, une sélection de vins du Château Puech-Haut en compagnie de monsieur François Fourel, Directeur Général au domaine viticole.  

Le Château Puech-Haut est une référence dans la région du Languedoc-Roussillon. Le domaine produit des vins d’appellation Coteaux du Languedoc. Les Coteaux sont une vaste aire viticole qui regroupe les sites les plus propices à la culture de la vigne; parmi ses sous-appellations les plus réputées, on note La Clape, Pic-Saint-Loup et Montpeyroux. Exposés plein sud, les Coteaux se situent en haut de la plaine, entre Narbonne et Nîmes. 

En provençal, « puech » signifie une petite colline ou un mont. Puech-Haut se traduit donc par une colline plus haute que les autres. Créé il y a trente ans par Gérard Bru, le domaine viticole du Château Puech-Haut, sis à Saint-Drézery, un petit village à quinze kilomètres au nord-est de Montpellier, cultive aujourd’hui 115 hectares de vignes. Les sols dans la région de Saint-Drézery sont surtout constitués d’argile et de calcaire et ils sont couverts de galets roulés, les mêmes qu’on trouve à Châteauneuf-du-Pape. 

Puech-Haut cultive les cépages typiques de l’appellation, soit la syrah (60 pour cent de l’encépagement rouge du domaine), le grenache (25 pour cent de l’encépagement rouge), le mourvèdre, le carignan et le cinsault. En blanc, le domaine cultive surtout la roussane, la marsanne et le grenache blanc. Étant donné la diversité de l’encépagement, les raisins atteignent leur summum de maturité à différentes périodes : les vendanges au domaine, entièrement manuelles, durent donc jusqu’à deux mois. 

Le domaine pratique la vendange en vert (aussi connue sous le terme éclaircissage) : cela signifie que des grappes de raisins sont coupées, généralement vers la fin juillet, afin de permettre à la vigne de concentrer ses énergies sur les grappes restantes (au plus, huit grappes par pied), contribuant ainsi à atteindre une meilleure maturité du raisin. Le domaine pratique aussi une agriculture raisonnée, entre autres en refusant tout usage de désherbants chimiques. 

Dès septembre, les différentes variétés de raisins sont cueillies, triées, foulées et vieillies séparément. Le maître de chais goûte aux différents échantillons plusieurs fois durant l’élevage, lequel peut durer jusqu’à dix-huit mois, afin de vérifier la qualité du fruit et son évolution. Puis s’ensuit l’étape critique de l’assemblage, lequel requière souvent des décisions complexes. Ainsi, plusieurs grands domaines viticoles à travers le monde se fient sur les conseils d’œnologues-experts pour les aider dans cette phase importante avant l’embouteillage. Puech-Haut, à l’instar de grands domaines tels que le Château Angélus (Bordeaux), Catena (Argentine) et Ornellaia (Toscane), fait appel à l’un des plus fameux œnologues-experts, soit Michel Rolland

La noblesse du terroir des Coteaux du Languedoc contribue certes à la qualité supérieure des vins de Puech-Haut; toutefois, au-delà du terroir, il faut compter sur une viticulture rigoureuse telle que celle pratiquée par le domaine. C’est ce mariage du terroir et de l’expertise humaine qui a élevé le domaine au titre de fleuron de l’appellation. 

Comme mot de la fin, j’apporte votre attention sur une autre particularité unique du domaine : Puech-Haut est également connu pour ses réalisations artistiques. En effet, Puech-Haut a constitué une 

Exemple d’un tonneau décoré du Château Puech-Haut

collection de barriques peintes uniques au monde. Ces barriques, nommées BIB’ART, sont de vrais tonneaux contenant cinq litres de vin rouge d’appellation d’origine contrôlée (AOC) des Coteaux du Languedoc, sur lesquels sont peintes des répliques d’œuvres d’art. Édités en série limitée et numérotés, ils se vendent par pair à environ 70.00 €. 

Pour plus d’information sur les vins et les BIB’ART de Puech-Haut, vous pouvez visiter leur site web au www.chateau-puech-haut.com

  


Notes de dégustation 

Quelques-uns des vins commentés ci-dessous ne sont disponibles qu’en importation privée (IP). Toutefois, les fioles du Château Puech-Haut sont périodiquement distribuées dans le réseau de la Société des alcools du Québec (www.saq.com) et à l’occasion à la Liquor Control Board of Ontario (www.lcbo.com). Toutes les cuvées ci-dessous sont Hautement Recommandables (MIAM). 

Vins blancs : 

Prestige 2008, Coteaux du Languedoc Saint-Drézery (29 $ IP) – Cet assemblage de roussanne (40 pour cent), de marsanne (40 pour cent) et de carignan blanc (20 pour cent) s’annonce d’emblée par des arômes extravertis de pêche et de pomme jaune, lesquels se poursuivent sur un palais moyennement corsé et soutenu par une acidité pondérée. Voilà un vin racoleur, à la texture soyeuse et reflétant bien l’élégante typicité de l’appellation. 

Tête de Bélier 2008, Coteaux du Languedoc (44 $ IP) – Cette fiole composée à 70 pour cent de roussanne, à laquelle on a ajouté de la marsanne et du grenache blanc, exhibe un bouquet évocateur aux douces senteurs de pomme mûre et de pêche blanche entrelacées de séduisantes tonalités d’amande et de fumée. En bouche, on se laisse charmer par une texture grasse et des saveurs opulentes qui s’étalent langoureusement jusqu’à une longue finale aux heureux échos d’amande. Un vin blanc profond et grassouillet qui laisse des souvenirs indélébiles. 

Vins rouges : 

Le Castelet 2007, Coteaux du Languedoc (22 $ IP) – Cet assemblage de syrah et de grenache, élevé en cuve inox, respire la baie des champs mûre rehaussée d’un séduisant soupçon d’épices mélangées et de fleurs sauvages. La bouche, nette, pure, friande et joliment façonnée, révèle un ensemble tout en équilibre et en charme, aux saveurs modérément charnues et soutenues par une trame tannique finement tissée. Un excellent vin pour la table, merveilleusement prêt à boire et offrant un rapport qualité-prix supérieur. 

Prestige 2005, Coteaux du Languedoc Saint-Drézery (27 $ SAQ) – Cette joyeuse concoction de syrah et de grenache semble infusée à la griotte et complexifiée par une heureuse touche de boîte à tabac et de fleurs coupées. On découvre au palais des saveurs modérément charnues et saupoudrées de fins tanins, le tout s’étalant avec grâce sur une finale volubile et d’une excellente allonge. Une expression triomphale de l’appellation Saint-Drézery! 

Tête de Bélier 2005, Coteaux du Languedoc (38 $ SAQ) – Ce vin à dominante de syrah, additionné d’un peu de grenache et de mourvèdre, dévoile un bouquet séduisant où se chevauchent des senteurs de mûre et de grillé, ponctuées d’insistantes notes de café, d’épices à cuisson, de terreau et, en arrière-plan, de musc. Le tout se poursuit allégrement en bouche sur des saveurs généreuses, viriles et chaleureuses qui s’intègrent parfaitement bien dans un ensemble façonné d’une main de maître et qui, on le devine déjà, acquerra davantage d’harmonie et d’élégance avec le passage du temps. L’édition 2005 de ce cru languedocien devrait bien évoluer sur un horizon de dix à quinze ans, sinon davantage. 

Tête de Bélier 2006, Coteaux du Languedoc (42 $ IP) – Les reflets pourpres de sa robe laissent entrevoir un vin encore bien juvénile. À l’olfactif, la version 2006 révèle des arômes du même registre que son aîné d’un an. Au palais, on découvre un vin débordant de jeunesse, passablement charnu, aux tanins encore indisciplinés mais heureusement encadrés d’une structure à la fois solide et finement ciselée. De plus, les saveurs exhibent une vitalité tonifiante et typique aux vins de cette appellation. À l’instar du 2005, la structure de ce flacon laisse croire qu’il vieillira en beauté pendant très longtemps. La cuvée Tête de Bélier prouve encore une fois qu’elle est un modèle de réussite dans cette région en pleine effervescence. 

Clos du Pic 2006, Coteaux du Languedoc Pic Saint-Loup (85 $ SAQ Signature) – Cet assemblage de syrah et mourvèdre dévoile une palette aromatique volubile évoquant la cerise noire, les épices à cuisson, la torréfaction et le musc. Glorieusement expressive et fabuleusement structurée, la bouche révèle une matière corsée et extraite, enveloppée d’une trame tannique musclée qui nous rappelle que ce vin est encore terriblement ancré dans sa jeunesse. Votre patience sera récompensée : le Clos du Pic connaîtra une évolution heureuse sur un horizon d’au moins vingt ans. 

Clos du Pic 2005, Coteaux du Languedoc Pic Saint-Loup (186 $ pour 1,5 litre SAQ Signature) – La version 2005 commence à révéler une certaine complexité aromatique avec ses parfums de prune, de cerise, de cuir chevalin et de grain de café torréfié. Le tout s’étale au palais avec conviction, exhibant puissance, plénitude et structure. À l’instar de son cadet d’un an, une garde de quelques années permettra à ses tanins indisciplinés de s’assagir. Le Clos du Pic est indéniablement du grand vin, vinifié pour une longue garde. 

Accords mets-vins  

Les vins blancs du domaine s’accordent très bien avec un risotto crémeux aux champignons, des viandes blanches en sauce (poulet, dinde), des crustacés et du poisson. Les vins rouges, pour leur part, s’harmonisent à merveille avec une multitude de viandes rouges grillées ou rôties (agneau, boeuf, canard), les gibiers à plumes (caille, faisan, perdrix) et les pâtes molles à croûte lavée telles que le munster et le pont-l’évêque.

Cet article, publié dans Portraits, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.