Robert Mondavi

Le 16 mai 2008, Robert Mondavi s’est éteint dans le confort de sa résidence à Yountville en Californie. Mondavi avait la réputation d’être un homme passionné, opiniâtré, charismatique et visionnaire. Peu d’hommes peuvent prétendre avoir eu un impact aussi profond et permanent que Robert Mondavi sur la viticulture californienne. 

Robert Gerald Mondavi est né au Minnesota le 18 juin 1913 de parents originaires de la région des Marches en Italie. Son père travaillait dans les mines du Minnesota alors que sa mère a dirigé un pensionnat puis un salon de coiffure. En 1921, la famille Mondavi, pour qui le vin faisait déjà partie de leur quotidien, a décidé de tenter sa chance dans l’industrie viticole et elle déménagea à Lodi, la capitale du raisin de la Californie.

Après avoir étudié à l’université Stanford en administration des affaires, Robert retourna dans sa ville d’adoption, Lodi, où il développa une réelle passion pour les vins fins. En 1943, il réussit à convaincre son père Cesare et son frère cadet Peter d’acheter le fameux Charles Krug Winery. À la mort de son père, Robert qui ne partageait pas la même philosophie que son frère sur la gestion du vignoble, quitta le domaine Charles Krug. Le départ ne fut pas amical et la division des terres entre les deux frangins dut se compléter en court.

En 1966, à l’âge de 52 ans, Robert fonda son propre domaine viticole, la Robert Mondavi Winery. Grâce à la qualité supérieure de ses vins, le domaine Robert Mondavi a rapidement acquis une réputation d’excellence non seulement aux États-Unis mais également en Europe et à travers le monde.

Dès les années 1960, alors que la Californie en était encore à ses débuts comme industrie viticole, Robert a commencé à visiter les meilleurs vignobles du monde pour mieux comprendre les secrets du métier et la source des succès commerciaux des plus grands domaines viticoles de la planète. Grâce à sa personnalité engageante et à son sens développé des affaires, Mondavi a réussi à convaincre quelques-uns des plus talentueux vignerons européens à s’engager avec lui dans des partenariats du vin, un concept nouveau à cette époque.

C’est suite à ces démarches qu’est né en 1979 l’un des vins californiens les plus prisés, l’Opus One, le produit d’un partenariat d’affaires entre Mondavi et le Baron Philippe de Rothschild du fameux Château Mouton-Rothschild, l’un des cinq premiers grands crus de Bordeaux. L’Opus One, une cuvée américaine de style bordelais, est reconnu comme une fusion entre le savoir-faire européen et l’esprit d’innovation américain. Ce partenariat a non seulement permis à la Californie d’acquérir une plus grande reconnaissance internationale du potentiel de son terroir, mais il marqua également le début d’investissements européens massifs en Californie. Dès la fin des années 1980, les critiques de vin, autant domestiques qu’internationaux, reconnaissent que la Californie a accompli un bond de géant au plan de la qualité de sa production viticole, surtout pour les fioles issues des vallées de Napa et de Sonoma.

L’Opus One marqua le début d’une série de partenariats qui élevèrent à des sommets inégalés la réputation de producteurs de vins fins non seulement en Californie mais également à travers le monde. Ainsi, Mondavi mit sur pied des partenariats avec la famille Frescobaldi en Italie, la famille Chadwick du domaine Viña Errazuriz au Chili et le conglomérat Rosemount en Australie. Il acheta par la suite les domaines réputés d’Arrowood et celui d’Ornellaia en Toscane avec la famille Frescobaldi, ce qui éleva le domaine Mondavi au niveau d’empire.

La passion de Robert Mondavi ne s’arrêta pas là. Son amour du vin était intimement lié à sa philosophie de vie axée sur les plaisirs hédonistes de la table, de la musique et des arts. Lui et son épouse, Margrit Biever Mondavi, ont grandement influencé la culture gastronomique des Californiens, embrassant les diverses influences de la haute gastronomie du monde. Dans les années 1970, afin de mieux promouvoir le mariage naturel entre les mets fins et les vins fins, Robert et Margrit créèrent le Programme des Grands Chefs. Dans le cadre de cette initiative, ils invitèrent à leur domaine des grands chefs tels que Julia Child à expérimenter et à enseigner l’art des accords mets-vin. Par la suite, les Mondavi fondèrent le Centre Copia (The American Institute for Food, Wine and Arts) au centre-ville de Napa au coût de 20 millions de dollars américains. Aujourd’hui, le domaine Robert Mondavi est devenu la Mecque des touristes viticoles en Californie, offrant non seulement une expérience unique de dégustation de vin, mais assumant également un leadership incontesté au plan culinaire et artistique, avec ses cours d’arts culinaires, sa série de concerts estivaux et ses nombreuses et impressionnantes sculptures sur les terres mêmes du domaine Mondavi.

Robert Mondavi fut également un grand défenseur d’un style de vie équilibré et sain qui incorpore le vin dans les habitudes de vie. Alors que le vin acquit une image de vilain garçon dans les années 1980, Mondavi, à contre-courant, s’est battu contre les campagnes anti-alcool, promouvant plutôt les bénéfices d’une consommation modérée de vin sur la santé.

L’influence de Mondavi ne s’arrêta pas là. Il donna 25 millions de dollars américains à l’université de Davis en Californie pour créer le Mondavi Institute for Wine and Food Science. Mondavi acquit ainsi une réputation de grand mécène. Malheureusement, la fortune de Mondavi prit un tournant malencontreux au début des années 2000, avec le spectre de la récession sur l’économie américaine, les attaques terroristes du 11 septembre 2001 et un déclin marqué de la consommation nationale de vin. La Corporation Robert Mondavi commença à avoir des problèmes financiers et elle décida d’aller chercher du financement public. Ce fut une décision que Robert regretta amèrement car le conglomérat Constellation Brands lança en 2004 une offre d’achat publique agressive pour acheter la Corporation Robert Mondavi au coût d’un milliard de dollars américain. Pour la première fois depuis les années 1930, Robert Mondavi n’était plus à la tête d’un domaine viticole.

Peu importe : ce n’est pas le genre d’obstacle qui arrêtera Robert Mondavi. En 2005, à l’âge de 92 ans, Mondavi mit sur pied une nouvelle compagnie avec sa fille Marcia et son fils Tim pour vinifier une nouvelle gamme de vin de cabernet sauvignon, le cépage-roi de la Californie. 

La réputation d’innovateur et de fonceur de Robert Mondavi lui a permis d’exercer une influence positive sur le monde du vin qui transcende les frontières et les cultures. D’ailleurs, il reçu d’innombrables prix et reconnaissances pour souligner sa contribution inestimable au progrès de la viticulture internationale. Entre autres, en 2005, le gouvernement français accorda à Mondavi la Légion d’Honneur pour l’ensemble de ses accomplissements. En 2007, le Gouverneur Arnold Schwarzenegger admit Mondavi dans le California Hall of Fame.

Robert Mondavi a légué au monde sa passion du vin et sa philosophie de vie à l’effet que le vin est un complément de la nourriture, s’intégrant naturellement à un style de vie sain et équilibré. Mondavi a dédié sa vie au vin. Pour lui, le vin était plus qu’un produit de consommation : le vin est un art, une culture, l’essence d’une civilisation et un art de vivre. On se rappellera de Robert Mondavi comme l’un des plus grands ambassadeurs du vin ayant jamais levé son verre sur cette Terre.

Cet article, publié dans Portraits, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.