Pinots (noir, gris, blanc et meunier)

Le mot pinot figure dans de nombreux noms composés de cépages français. Selon les études ampélographiques, leur nom est probablement une référence à la forme conique des grappes de raisin qui évoque la pomme de pin. Les principaux pinots utilisés dans la production de vins fins sont : pinot noir, pinot gris, pinot blanc et pinot meunier. En allemand, les pinots sont désignés par le nom burgunder.

Pinot noir

Une grappe de pinot noir

Le pinot noir a acquis sa réputation de cépage noble en Bourgogne, où il est utilisé comme cépage unique de presque tous les vins rouges (à l’exception du Beaujolais composé de gamay et du Passetoutgrain qui est un assemblage de pinot noir et de gamay). Le pinot noir est un cépage difficile à cultiver et il est sensible à une multitude de maladies de la vigne et, qui plus est, il ne donne pas de très bons résultats sous les climats relativement chauds. Lorsque cultivé dans des terroirs de prédilection, tel qu’en Bourgogne, il donne des vins sensuels, élégants et subtils.

Les performances irrégulières du pinot noir sont liées en partie à son héritage génétique. Le pinot noir est un cépage très ancien et issu d’une sélection de vignes sauvages faite par l’homme il y a au moins deux mille ans. Il est particulièrement sujet aux mutations (comme en témoigne le pinot blanc, le pinot gris et le pinot meunier) et aux dégénérescences qui ont contribué à la multiplication des clones, même en France (il existerait au moins 46 clones de pinot noir dans l’Hexagone). En fait, le pinot noir mute sans cesse, ce qui peut s’avérer bénéfique pour les viticulteurs car le cépage s’adapte ainsi à l’environnement et aux conditions régionales. L’Université de Davis en Californie, en collaboration avec des spécialistes français, a déterminé que le pinot noir est l’ancêtre d’au moins 16 cépages modernes dont le chardonnay, le muscadet, le gamay noir et l’aligoté.

Le pinot noir est l’un des trois cépages utilisés dans la production de champagnes, avec le pinot meunier et le chardonnay. Le cépage bourguignon est de nos jours cultivé dans la grande majorité des aires viticoles du monde, donnant toutefois des résultats mitigés selon le talent du vigneron et le climat. La Nouvelle-Zélande est la zone viticole du Nouveau Monde qui retient le plus l’attention, car le pinot noir y donne des résultats qualitatifs étonnants, possiblement les meilleurs à l’extérieur de la Bourgogne et de la Champagne. Le pinot noir donne également de bons résultats en Loire, en Allemagne, en Oregon et dans la Péninsule du Niagara, sans compter qu’il est largement planté en Europe de l’Est.

La palette aromatique du pinot noir est typiquement dominée par les parfums de petits fruits rouges (framboise, fraise), parfois relevés de tonalités de fines herbes, de champignon ou de gibier. Les vins de pinot noir s’accordent à merveille avec une multitude de mets, selon son âge et sa charpente fruitée, incluant le lapin à la moutarde, les grillades, le jambon braisé, le coq au vin, le poulet à l’estragon, le gibier à plume rôti, le boeuf bourguignon et les plats à base de champignons. Les pinots noirs plus légers peuvent également être servis avec le saumon ou la truite.

Pinot gris

Le pinot gris est une mutation à raisin blanc du pinot noir. Le pinot gris, aussi connu sous le nom pinot grigio en Italie, est très répandu dans le monde et il peut produire des vins tendres qui dévoilent plus de chair et de couleur que beaucoup d’autres vins blancs.

Autrefois, le pinot gris était complanté avec le pinot noir dans les vignobles bourguignons, car il conférait plus d’acidité et de rondeur aux vins rouges. Aujourd’hui, le pinot gris est une spécialité de l’Alsace où il est parfois identifié, pour des raisons inconnues, sous le nom tokay. Il génère des vins très riches et aromatiques, autant dans le style sec que moelleux. Le pinot gris est toutefois beaucoup plus présent en Italie et en Allemagne que dans l’Hexagone. On compte également une quantité non négligeable de plants de pinot gris en Roumanie, en Slovénie, en Hongrie, en Moldavie et en Russie. Le pinot gris s’exprime avec une profonde et délicieuse minéralité dans la Vallée de l’Okanagan et il s’est également bien adapté aux courts étés de la Péninsule du Niagara. 

Le pinot gris est souvent aromatisé à la pêche, à la pomme, à la mangue et aux fleurs de printemps. Les vins de pinot gris secs s’harmonisent facilement avec des fruits de mer en sauce, le porc et la dinde. Lorsque vinifié dans un style demi-sec ou moelleux, le pinot gris révèle une personnalité beaucoup mielleuse et parfois même noisettée, s’harmonisant ainsi avec les sushis, les pâtés et le foie gras. 

Pinot blanc

Le pinot blanc (ou pinot bianco en italien) est un cépage français largement cultivé dans plusieurs aires viticoles du monde, sans en dominer aucune. Il est une mutation du pinot gris, observée pour la première fois en Bourgogne au 19e siècle. Bien qu’identifié pour la première fois en France, le pinot blanc est surtout le bastion de l’Italie (notamment en Haut-Adige) et de l’Europe centrale. Le pinot blanc est peu vigoureux et peu productif, bien que des clones plus prolifiques soient utilisés en France, en Autriche et en Allemagne. En France, il donne les meilleurs résultats en Alsace, où il est parfois appelé klevner, bien qu’il soit peu cultivé par rapport au riesling et au gewürztraminer. Il est également largement planté en Slovénie, en Croatie, en ex-Tchécoslovaquie et en Hongrie. Il reste toutefois largement ignoré dans les pays du Nouveau Monde, bien qu’il donne des résultats enviables dans la Vallée de l’Okanagan.

Le pinot blanc, parfois confondu avec du chardonnay, émet un parfum discret axé sur les thèmes de la pomme verte et de la poire, rehaussé parfois d’accents minéraux et épicés. On peut marier les vins de pinot blanc avec des salades de chèvre chaud ou de crevettes, de la quiche Lorraine ou du homard.

Pinot meunier

Le pinot meunier, bien que moins connu que ses cousins, est l’un des douze cépages rouges les plus cultivés en France. Lui aussi est une mutation précoce du pinot noir. Il doit son nom à l’apparence duveteuse du dos de ses feuilles qui semble avoir été couvert de farine. Le berceau du pinot meunier est sans conteste la Champagne, où il couvre environ 40 % de la surface cultivée, bien que la proportion de pinot meunier diminue de nos jours par rapport aux autres variétés champenoises.

Les vignerons aiment bien cultiver le pinot meunier car il est moins susceptible aux maladies de la vigne et il donne des rendements plus constants que le pinot noir. Par contre, il apporte moins de couleur et de potentiel de garde que le pinot noir; pour ces raisons, il est rarement utilisé pour vinifier des cuvées monocépages. Le pinot meunier est plus souvent qu’autrement assemblé avec du pinot noir et/ou du chardonnay. Il apporte un fruité plein de jeunesse aux champagnes, ce qui complète la densité du pinot noir et la finesse du chardonnay.

À l’extérieur de la Champagne, on cultive le pinot meunier en Loire, en Allemagne, en Autriche et en ex-Yougoslavie.

On peut servir les champagnes à base de pinot meunier avec du foie gras, du caviar ou même simplement avec des fraises fraîches.

Cet article, publié dans Cépages, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Pinots (noir, gris, blanc et meunier)

  1. Ping : Péchés mignons bachiques pour le temps des Fêtes | Les bacchuseries de Marie-France

Les commentaires sont fermés.